Thierry Dusautoir
Thierry Dusautoir et ses hommes jouent le match le plus important de leur Coupe du monde | FRANCK FIFE / AFP

France-Irlande: éviter la Nouvelle-Zélande

Publié le , modifié le

Assurés de leur qualification en quarts de finale, la France et l’Irlande s’affrontent ce dimanche (17h45) au Millenium Stadium de Cardiff, dans un seul but : éviter la Nouvelle-Zélande. Un duel pour lequel le Trèfle part favori mais sans un trop plein de confiance.

Huit défaites de suite pour les Bleus, 22 pour les Verts. Une seule statistique suffit à expliquer pourquoi Français comme Irlandais veulent à tout prix ne pas rencontrer la Nouvelle-Zélande en quarts de finale de la Coupe du monde 2015. Pour ce faire, une seule solution : s’imposer dimanche au Millenium Stadium de Cardiff, théâtre il y a huit ans de la victoire des Bleus sur les All Blacks en….quart de finale du Mondial 2007. Et les Français feraient peut-être bien de se préparer à l’affrontement contre la meilleure équipe du monde car aujourd’hui, le favori de la "finale" du groupe D, est bien l’Irlande.

"Ils sont fantastiques, ils sont beaux, ils sont costauds, ils sont verts"​

Deux démonstrations contre le Canada et la Roumanie ont suffi au XV frappé du trèfle pour devenir le chouchou de la presse, notamment française. Une situation qui a agacé le XV de France et plus particulièrement Pascal Papé : "Comme vous (les journalistes) l’écrivez, ils sont bien meilleurs que nous. Là (dimanche, ndlr), on a l’occasion de vous prouver que vous connaissez le rugby mais un peu moins que nous", et Philippe Saint-André : "Il paraît qu’ils ont été exceptionnels contre la Roumanie. Ils ont fait un rugby de rêve. Ils sont fantastiques, ils sont beaux, ils sont costauds, ils sont verts…". Ambiance. Il faut dire que si l’on remonte un peu plus loin que ce début de Coupe du monde, où l’Irlande a aussi eu du mal à franchir l’obstacle italien (victoire 16-9),  la "Green Army" reste sur deux succès dans le Tournoi des Six Nations quand les Bleus n'ont pu faire mieux que quatrième depuis quatre ans.

Vidéo: Les Bleus avant France-Irlande

L'Irlande pas sûre d'elle

Pour affronter l’Irlande et son jeu au pied de pression parfois ravageur, Philippe Saint-André a choisi d’aligner ses deux arrières de métier, Scott Spedding en numéro 15 et Brice Dulin qui glisse à l’aile comme face au Canada. Côté irlandais, on comptera sur le retour de son arrière Rob Kearney pour créer des brèches dans la défense française moins imperméable que son homologue (39 points encaissés contre 26). Plus solide, l’équipe de Joe Schmidt est aussi plus joueuse (14 essais contre 12 aux Bleus). Avec en plus un ouvreur en totale confiance tel que Joanthan Sexton, les Irlandais ont toutes les cartes en main. Et pourtant, un doute subsiste.

Vidéo: Joe Schmidt, l'homme fort du Trèfle

Car l’Irlande n’est jamais sûre d’elle face à une équipe de France dont le rugby mondial se méfie depuis des lustres de l'imprévisibilité, réelle ou fictive. Aussi, Joe Schmidt explique voir en le XV de France, "l’une des meilleures nations du monde" et s’attend à un "énorme challenge". Sexton va même plus loin en estimant que son équipe devra réaliser "sa meilleure performance sous l’ère Joe Schmidt pour gagner". Pour mémoire, le sélectionneur irlandais a remporté avec son squad chaque Tournoi des Six Nations auquel il a participé (deux), rien que ça. La France peut-elle profiter de ce léger doute, elle qui n'est jamais si forte que quand elle est outsider ? Remontés contre le traitement journalistique des deux équipes, le groupe de "PSA" peut se servir de ce levier comme source de motivation. Bien que l'on imagine qu'éviter les Blacks en quart de finale en est déjà une suffisante.

Vidéo: L'Irlande se méfie de la France

Coupe du Monde de Rugby