Mathieu Bastareaud, France
L'international français Mathieu Bastareaud | LIONEL BONAVENTURE/AFP

France: Bastareaud, candidat au centre

Publié le , modifié le

Membre à part entière du XV de France depuis le dernier tournoi des 6 Nations, mais écarté pour le premier match de la tournée face aux All-Blacks, Mathieu Bastareaud est le symbole de la concurrence féroce au poste de centre. Probablement titulaire samedi contre les Tonga (18h00 sur France 2), le Toulonnais se bat avec Fickou, Fritz, Mermoz et Fofana pour obtenir une place au cœur de l’attaque française.

Meilleur plaqueur des Bleus contre la Nouvelle-Zélande, Florian Fritz ne jouera pas le deuxième acte de la tournée d’automne face aux Tonga. Mathieu Bastareaud, écarté du groupe pour l’affrontement avec les champions du monde le remplace. Si la thèse de la mise au repos n’est pas à exclure concernant le Toulousain, cela révèle la nouvelle donne en équipe de France. Au poste de centre, les biens sont abondants. "C’est le jeu. Il vaut mieux pour le XV de France qu’il y ait beaucoup de concurrence, s’enthousiasme Basta’. Ca tire l’équipe vers le haut et chaque joueur se remet en question après chaque match."

Cinq centres pour deux postes

Installée à l’automne dernier, la paire Fritz-Mermoz semblait promise à un bel avenir après une tournée d’automne aboutie (victoires sur l’Australie, l’Argentine et les Samoa). Une déroute italienne dans le tournoi plus tard, tout était remis en cause. En grande forme avec le RCT, Bastareaud prenait place aux côtés de Mermoz, son coéquipier dans le Var. Un nouveau revers face au Pays de Galles et Saint-André devait se rendre à l’évidence. Stratosphérique avec Clermont, Wesley Fofana rejoignait le premier au cœur de l’attaque tricolore. "La concurrence c’est bien. Il y a des jeunes qui arrivent et ils sont très très bons, donc ça amène un truc qui fait qu’on a tous envie d’être performants", admet Maxime Médard. Pour le dernier match du tournoi, les deux anciens partenaires du PUC sont encore titulaires. Mermoz est évincé du groupe et Fritz remplaçant de luxe.

Lors de la tournée d’été en Nouvelle-Zélande, Gaël Fickou  rejoint ce jeu de chaises musicales. Fofana intouchable, le Toulousain de 19 ans, Fritz , Mermoz et Bastareaud se disputent le maillot floqué 13 au pays du long nuage blanc. "Le staff fait confiance à un groupe de joueurs qui reviennent régulièrement. C’est bien parce qu’on peut travailler dans la continuité en vue de la Coupe du monde. On est plus en confiance et plus sereins", éclaire Médard. Si la concurrence fait rage à leur poste, les cinq centres sont de tous les stages et groupes élargis. Un moyen de garder tout le monde sous pression. Présent sur l’ensemble des feuilles de match du tournoi des 6 Nations et des test-matches aux antipodes, Bastareaud n’a pas eu ce bonheur face aux Blacks samedi dernier. "Je me souviens que lors de ma dernière saison au Stade Français je me plaignais de ne pas avoir de concurrence pour bosser. Là c’est le cas donc je suis content et ça me convient, juge paisiblement l’intéressé. Se tirer la bourre aux entrainements, je pense que c’est le meilleur moyen de progresser."

Bastareaud: "Je ne serai peut-être pas là la semaine prochaine"

Retenu dans les 23 pour affronter les Tonga samedi prochain, « Bastarocket » savoure d’autant plus. "Les sélectionneurs font des choix. J’ai la chance d’être pris aujourd’hui. Tant mieux parce que je ne serai peut-être pas là la semaine prochaine." Un sentiment que partage le phénomène Fickou. "J’espère jouer titulaire. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave. Il y a énormément de concurrents, de superbes joueurs à mon poste (…) Même remplaçant, je serai encore très heureux de jouer avec l’équipe de France." Parti en Nouvelle-Zélande pour jouer dix minutes à l’été et non retenu pour affronter les Blacks à Paris, Maxime Mermoz a fait part de ses états d’âme dans La Provence. Son camarade toulonnais Matthieu Bastareaud a lui opté pour une autre stratégie. "J’essaie de prendre les choses comme elles viennent et à la cool sans me prendre la tête. Je me suis trop pris la tête par le passé et j’ai perdu beaucoup de temps …" Samedi, le centre aux 16 sélections sera certainement titulaire contre les Tonga. Un statut précaire chez les Bleus…

Jerome Carrere

Coupe du Monde de Rugby