Michalak Tillous-Borde
Sébastien Tillous-Borde et Fréderic Michalak seront associés pour la première en charnière sous le maillot Bleu ce samedi | AFP

France-Angleterre, un match "charnière"

Publié le , modifié le

Pour la deuxième fois en une semaine, le XV de France affrontera l’Angleterre ce soir au Stade de France. Un "crunch" qui aura plus que jamais un arrière-goût de Mondial, à la veille de l’annonce par Philippe Saint-André de la liste des 31 joueurs qui partiront en Angleterre. Notamment en charnière où PSA a choisi d’aligner un duo inédit avec Sébastien Tillous-Borde et Fréderic Michalak à un secteur où règne probablement la plus grande incertitude pour savoir qui s'envolera avec le groupe France pour le Mondial.

RETROUVEZ EN DIRECT FRANCE - ANGLETERRE SAMEDI A PARTIR DE 21H00

Comme il en a l’habitude depuis le début de son mandat il y a quatre ans, Philippe Saint-André n’a jamais fini de nous surprendre. Même à la veille de l’annonce de la liste des joueurs qui feront partie du groupe France pour le Mondial. Alors que le XV de la Rose, vainqueur du 100e "crunch" la semaine dernière, se présentera avec son équipe type – ou presque –, le sélectionneur des Bleus a lui décidé d’innover et d’associer pour la première fois en Bleus Frédéric Michalak et Sébastien Tillous-Borde en charnière, à un secteur où règne la plus grande incertitude quant à la liste de demain.

17e charnière ​en quatre ans

La titularisation des deux Toulonnais illustre de nouveau le manque de continuité du XV de France et d’un Philippe Saint-André qui alignera ce soir la dix-septième charnière de son mandat. Un choix qu’il justifie par un turn-over prévu pour que tout le monde puisse s’exprimer avant l’annonce de la liste des 31 joueurs. "On a toujours été cohérent. On a dit qu’on voulait donner du temps de jeu aux 36 joueurs, pour que tout le monde ait sa chance avant l’annonce du groupe" a ainsi justifié PSA cette semaine. Cette décision permet au sélectionneur des Bleus d’explorer une nouvelle piste à la charnière, secteur où il devra forcément trancher demain avec six joueurs pour seulement cinq places. Si, sauf surprise, Morgan Parra et Frédéric Michalak devraient être dans les 31 grâce notamment à leurs qualités de buteur et le fait de pouvoir jouer 9 ou 10, les incertitudes règnent autour des quatre restants. 

Morgan Parra était titulaire la semaine dernière face aux Anglais
Morgan Parra était titulaire la semaine dernière face aux Anglais

Rory Kockott et François Trinh-Duc ont pour eux l’avantage de buter mais Rémi Talès, homme fort du groupe France depuis l’arrivée de Saint-André, et Sébastien Tillous-Borde, titulaire lors de la tournée de novembre et du dernier Tournois des Six Nations, n’ont pas dit leur dernier mot et espèrent bien abattre leur dernière cartouche ce soir au Stade de France. Le demi de mêlée Toulonnais, qui n’a plus joué depuis la défaite du RCT face au Stade Français en demi-finale du Top 14 le 5 juin dernier, aura à cœur de tout donner pour ne rien regretter dimanche midi. "C’est un match important. Ce sont les Anglais, on a toujours pour envie, pour mission, de les taper", confiait-il à l’Equipe cette semaine.

L'Angleterre avec son équipe-type, l’Équipe de France aussi ?

La charnière n’est pas la seule à avoir subi un changement radical. Sur le terrain, pas moins de douze changements ont été opérés par le sélectionneur des Bleus par rapport au match de samedi dernier. Des choix qui s’expliquent par le fameux turn-over voulu par Philippe Saint-André, mais aussi par une volonté d’aligner une équipe plus dense et alourdie par rapport à celle qui a démarré samedi dernier à Twickenham. Les retours notamment de Mathieu Bastareaud au centre, Pascal Papé en deuxième ligne ou encore la titularisation de Bernard Le Roux à l’aile de la troisième ligne rentrent ainsi dans cette optique. "Contre les Anglais, si tu ne remportes pas l'épreuve de force, après cela devient compliqué. On sait qu'il va falloir être fort dans les impacts et défensivement", a déclaré PSA cette semaine. Une équipe costaud afin d’éviter une troisième défaite d’affilée face aux Anglais qui ferait tâche à quelques jours de s’envoler pour le Mondial. 

Mathieu Bastareau est de retour dans le XV de départ tricolore
Mathieu Bastareau est de retour dans le XV de départ tricolore

Avec cette équipe, le sélectionneur du XV de France voudra contrer la puissance anglaise, Stuart Lancaster ayant décidé d’envoyer une véritable armada au Stade de France. Quatorze changements par rapport à l’équipe alignée à Twickenham, mais surtout des joueurs qui devraient débuter le Mondial dans la peau de titulaires. PSA a donc répondu à son homologue anglais en alignant ce qui devrait également être dans les grandes lignes son XV majeur lors de la Coupe du Monde. "La semaine dernière, j’avais envie de voir d’autres solutions (…) Là, on revient sur des joueurs d’expérience et qui ont plus l’habitude de jouer ensemble", a indiqué Saint-André.

Figurer dans ce XV de départ bâti pour rivaliser avec le meilleur XV de la Rose s'apparente à une preuve de confiance supplémentaire pour ceux qui débuteront la rencontre ce soir. En particulier pour Louis Picamoles, Scott Spedding et Yoann Maestri, seuls joueurs reconduits par PSA par rapport au XV de la semaine dernière. Il est en revanche un mauvais présage pour Xavier Chiocci, Sébastien Vahaamahina et Loann Goujon, sur le banc samedi dernier et en tribune ce soir. Ces trois joueurs n’auront pas pu bénéficier du turn-over cher à Phillipe Saint-André et paraissent en bien mauvaise posture pour faire partie des 31 à s'envoler pour le Mondial. Il reste donc vraisemblablement deux joueurs à évincer, et un seul match au patron des Bleus pour décider définitivement du groupe qu’il emmènera en Angleterre. "Il reste quatre-vingt minutes de contenu pour trancher au sujet d'un ou deux cas qui posent question." Un dernier test pour sceller définitivement la réflexion de Philippe Saint-André.

Mathieu Aellen

Coupe du Monde de Rugby