France - Angleterre 1995 - Abdelatif Benazzi
Abdelatif Benazzi aux prises avec la défense anglaise lors du match pour la 3e place en 1995 | AFP - WALTER DHLADHLA

France-Angleterre : quatre matchs dans les mémoires

Publié le , modifié le

Samedi, la France retrouve l’Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande, à Auckland (9h30). Une habitude entre les deux formations, qui se sont affrontées quatre fois en sept éditions dans cette compétition. Avant leur futur affrontement, la France affiche un bilan négatif, avec trois défaites pour un seul succès.

Quart de finale 1991 : Le mauvais esprit anglais au Parc (19-10)

Pour leur premier face à face en Coupe du monde en 1991, les Anglais ont laissé un goût amer à leurs voisins d'outre-manche. Vice-champions du monde en titre, les coéquipiers du capitaine Serge Blanco, se sont fait surprendre au Parc des Princes par la violence de leurs adversaires. Les hommes de Will Carling avaient mis au point une stratégie bien claire : faire sortir les Français de leurs gonds. La rencontre dégénèrera à plusieurs reprises, les joueurs en venant aux mains. La formule est payante pour l’Angleterre qui s'impose (19-10). Les Bleus, devant leur public voient leur aventure s’arrêter dès les quarts de finale. 

Match pour la 3e place 1995 : La France prend sa revanche (9-19)

Éliminée en demi-finale par l’Afrique du Sud, pays organisateur, la France se voit offrir la possibilité de terminer sa compétition en beauté. Et quelle plus belle occasion que de le faire face à l’ennemi hourdi, l’Angleterre ? Bien menés par le jeu au pied d’un Thierry Lacroix irrésistible durant la compétition (meilleur buteur du mondial avec 115 points) les Tricolores boutent les Anglais hors du podium. Une victoire qui a des allures de sacre, ou presque, au sein du Loftus Versfeld Stadium. 

Demi-finale 2003 : Les Bleus perdent leurs moyens (24-7)

La France rencontre l’Angleterre au Telstra Dome de Sydney. Sous une pluie battante, un nuage bien plus noir encore va réduire à néant les espoirs tricolores. Assurément, les Bleus avaient le niveau de jeu pour rivaliser. Leurs victoires sans trembler face à l’Irlande ou l’Ecosse ne laissaient planer aucun doute là-dessus. Mais tout va aller de travers en ce 03 novembre. Son équipe au bord du naufrage, Frédéric Michalak, jusqu’alors irréprochable avec l’équipe de France (103 points au cours de la compétition) passe à côté de son match. Face à lui Johnny Wilkinson profite des fautes de la défense tricolore pour inscrire les 24 points de son équipe (5 pénalités et 3 drops). Un match à sens unique remporté (24-7) qui appuiera un peu plus la domination britannique. Cette année là, le XV de la Rose est irrésistible et sera sacré champion du monde la semaine suivante face à l’Australie. La première nation de l’hémisphère nord à être sacrée. 

Demi-finale 2007 : La plus cruelle (14-9)

Devant son public la France espère brille en cette soirée d’octobre 2007. Les Bleus viennent de livrer un match abouti face à "l’invincible" Nouvelle-Zélande et arrivent avec le plein de confiance face aux XV de la Rose. Trop confiants ? Peut-être, car l’Angleterre, que d’aucuns annoncent en méforme va surprendre les Tricolores. Dès la 1ere minute de jeu, Damien Traille commettait une faute et laissait la balle à Josh Lewsey qui n’en demandait pas tant pour aplatir entre les poteaux. En empêchant les hommes de Bernard Laporte de développer leur jeu, les coéquipiers de Johnny Wilkinson ont assuré leur succès (14-9) et privé l’équipe locale de disputer une nouvelle finale après celle de 1999 et 1987. Champions du monde en titre, les Anglais confirment leur domination dans la compétition reine face aux joueurs de l'Hexagone.

Quart de finale 2011 : le rebond français ?

Quatre ans plus tard, les Bleus, aujourd’hui dirigés par Marc Lièvremont tiennent l’occasion de se racheter. Seulement voilà, avec deux matchs perdus durant les phases de poule (contre la Nouvelle-Zélande et les Tonga) les Bleus ont affiché un bien faible niveau de jeu. Difficile dans de telles conditions de les imaginer briller ce samedi (9h30) à l’Eden Park d’Auckland.A moins que...

Coupe du Monde de Rugby