Yoann Huget (France-Angleterre)
Yoann Huget a inscrit le seul essai de la partie côté français | THOMAS SAMSON / AFP

France-Angleterre: Les Bleus prennent leur revanche, Michalak dans l'histoire

Publié le , modifié le

Battu la semaine dernière à Londres, l'équipe de France a pris sa revanche face à l'Angleterre en s'imposant (25-20) sur sa pelouse du Stade de France. Une rencontre qui a permis à Frédéric Michalak de devenir le meilleur réalisateur de l'histoire du XV de France. Une performance qui arrive à point nommé, dimanche Philippe Saint-André annoncera sa liste definitive de 31 joueurs pour la Coupe du monde.

Il faisait bon être sur la pelouse du Stade de France pour le deuxième match de préparation à la Coupe du monde pour le XV de France. Premièrement, évidemment, car le XV de France a pris sa revanche face à son ennemi anglais après la défaite de samedi dernier à Twickenham (19-14). Deuxièmement car c'est demain dimanche que Philippe Saint-André annoncera les 31 joueurs qui seront de l'aventure Coupe du monde (18 septembre-31 octobre). Une telle proximité ne peut pas faire de mal. Elle va sans doute faire les affaires de Frédéric Michalak qui a non seulement été efficace au pied et impliqué dans le seul essai français mais qui s'est aussi permis le luxe d'entrer dans l'histoire du XV de France en devenant son meilleur réalisateur avec 394 points. Le seul point noir du soir pour les Bleus aura été la baisse de régime en fin de partie qui a permis au XV de la Rose d'inscrire deux essais par Cipriani et Joseph qui sont venus répondre à la superbe inspiration de Yoann Huget peu après la pause.

Michalak dans l'histoire

Si les deux équipes ont trouvé des failles dans les défenses adverses en deuxième période, la première a été moins enthousiasmante. Il faut reconnaître aux Bleus une efficacité à toute épreuve. Profitant de l'indiscipline anglaise, les Français enquillent les points au pied, d'abord par Spedding puis par Michalak. L'ouvreur toulonnais ne rate qu'une pénalité avant la pause. Un efficacité récompensée par une place dans l'histoire: à la 17e minute de jeu, l'ancien Toulousain devient le meilleur marqueur de l'histoire du XV de France avec 383 points contre 380 à Christophe Lamaison, le héros de la demi-finale face aux Blacks en 1999. Un total qu'il portera à 394 au fur et à mesure de la partie. Sans une réaction anglaise en fin de période, le score aurait pu être très lourd. Sur le chemin des vestiaires, les Bleus mènent 15-6 et font preuve d'une solidité encourageante à un peu moins d'un mois de la Coupe du monde.

L'inspiration d'Huget

La deuxième période débute par un coup d'éclat. Il est l'oeuvre du duo Michalak-Huget. Le premier voit parfaitement l'intervalle et adresse une passe dans le timing idéal à son ailier qui casse un plaquage avant de déposer Mike Brown d'un cadrage-débordement d'école. Le score passe à 22-6 et le Stade de France, qui n'avait pas attendu cet essai pour s'enflammer, à une bonne raison d'applaudir ses poulains. 

Les Bleus souffrent en fin de match

L'essai français ne lance pas la partie. Il faut attendre la 65e pour voir une nouvelle pénalité de Michalak qui porte le score 25-6. Les derniers points inscrits par les joueurs de Philippe Saint-André. Car la fin de match est clairement anglaise. En ballottage pour une place dans le squad anglais pour le Mondial, Danny Cipriani se rappelle à la mémoire de ceux qui en avaient fait le successeur de Jonny Wilkinson en échappant à Huget pour aplatir le premier essai anglais et permettre à son équipe de revenir à douze points (25-13). 

Physiquement les Bleus souffrent et la superbe machine anglaise, un peu grippée ce soir au Stade de France, en profite. Dans la foulée de Cipriani, Jonathan Joseph se fend lui aussi de son essai pour mettre la pression sur les Français (25-20). La dernière action est interminable et les Anglais parviennent à remonter 50 mètres pour entrer en terres françaises - dans les 22 - avant de perdre le ballon et de soulager tout un stade. A moins de 24 heures de l'annonce de la liste définitive de Philippe Saint-André, la victoire fait du bien mais la fin de match pose inévitablement des questions. Il restera un match, face à l'Ecosse, au XV de France pour parfaire les derniers automatismes avant de débuter le Mondial. Un Mondial que ne verront pas cinq joueurs de l'actuel groupe France. Frédéric Michalak fait sans doute partie de ceux qui s'endormiront confiants ce samedi soir. 

Coupe du Monde de Rugby