Delon Armitage
L'ailier Armitage plaqué par Agulla, Leguizamon et Roncero | AFP - Martin Bureau

Ecosse - Argentine, un huitième de finale

Publié le , modifié le

Qui va jouer la Nouvelle-Zélande en quarts de finale du Mondial ? Sauf contre-performance, ce sera le vainqueur du match opposant l'Argentine à l'Ecosse dimanche (groupe B). Un vrai match couperet pour les Pumas et le XV du Chardon. Equipe surprise en 2007, l'Argentine est transfiguré en Coupe du monde. Après deux premiers matches probants, les Sud-Américains arrivent à point pour les Ecossais qui restent toutefois sur deux succès en 2010.

Les Pumas ne sont pas encore dans le Tri-Nations mais leur montée en puissance se confirme année après année. Peu en verve pendant la préparation, les Argentins ont haussé leur niveau en posant le pied en Nouvelle-Zélande. Face à l'Angleterre, d'abord, les hommes du capitaine Felipe Contepomi n'ont pas été loin de faire chuter le champion 2003 (défaite 13-9). Ils ont ensuite enchaîné avec une démonstration (6 essais) face à la Roumanie (43-8). Ils sont bien loin du faible niveau affiché en match préparatoire face au Pays de Galles (28-13). Même si la formation argentine reste sur deux défaites consécutives face au XV du Chardon, en 2010, à Tucaman (24-16) et Mar del Plata (13-9), la tendance semble s'être inversée. "On a eu deux mois pour se préparer donc je pense qu'il y a une grande différence par rapport aux derniers matches que nous avons joués face à l'Ecosse", a indiqué l'entraîneur Santiago Phelan, confiant dans le potentiel de son équipe.

L'agonie est lente. Cela fait déjà quelques années que le Chardon ne pique plus. Même l'Italie a fini par prendre la mesure des Ecossais dans le Tournoi des 6 Nations. Toujours présente en quarts du Mondial depuis 1987, l'Ecosse va-t-elle manquer le rendez-vous de 2011 ? Au pays, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on n'a pas été rassuré par les succès étriqués face à la Roumanie (34-24) et la Géorgie (15-6). Dans les combats des avants, secteur dominant de l'Argentine, les Ecossais risquent de souffrir. Le coach anglais Andy Robinson veut quand même y croire et s'accorde autant de chances que les Pumas. "Pour moi, c'est vraiment du 50/50", a estimé Robinson, exprimant son plus grand respect pour les Pumas et Phelan. "C'est un gars sympa et il a fait du très bon boulot avec l'équipe d'Argentine", a-t-il dit, ajoutant: "Dans un bon jour, nous savons que l'Argentine peut battre n'importe quelle équipe". Si c'est qu'une question de jour...

Coupe du Monde de Rugby