Israël Dagg
Israël Dagg et son signe de joie après un essai | AFP - FRANCK FIFE

Dagg pour couper Clerc

Publié le , modifié le

Avec six essais au compteur depuis le début de la Coupe du monde, Vincent Clerc occupe la place de meilleur marqueur d'essais en compagnie de l'Anglais Chris Ashton. Mais derrière lui, l'arrière néo-zélandais Israel Dagg (7 capes avant le Mondial) n'a qu'un essai de retard, ses coéquipiers Jérome Kaino, Richard Kahui et Sonny Bill Williams étant à quatre essais. L'arrière All Black peut donc doublement priver le Toulousain d'un sacre, collectif et personnel.

Il est arrivé un peu sur la pointe des pieds, avec quelques éclairs à son actif. A 23 ans, Israël Dagg était l'une des options offensives de la Nouvelle-Zélande, d'ailleurs préféré aux légendaires Rokocoko et Sivivatu. Mais en quelques matches, il en est devenu l'un des principaux fers de lance. En mettant irrémédiablement l'emblématique Mils Muliaina, ses 7 essais en Coupe du monde 2003 et ses 100 sélections, sur le côté.

Arrivé la saison dernière au sein de la mythique équipe des Crusaders en provenance des Highlanders, c'est à Canterbury qu'il s'est ouvert les portes de la sélection. Des débuts contre l'Irlande le 12 juin 2010, un premier essai marqué à Wellington contre les Sud-Africains lors de son premier Tri-Nations la même année, puis un deuxième contre ces mêmes Springboks mais à Johannesburg cette fois, voilà ses principaux faits d'arme lorsque Graham Henry lui ouvre les portes du groupe des 30 pour disputer la Coupe du monde. Aux dépens de Joe Rokocoko et de Sitiveni Sivivatu, et aux côtés de Richard Kahui, Cory Jane et Zac Guilford pour une place à l'aile, le N.15 étant destiné à Mils Muliaina ou Isaia Toeava. Seulement voilà, deux essais contre les Tonga, et deux autres contre les Français l'ont progressivement placé en situation de N.1 à l'arrière. Blessé et contraint au forfait contre les Argentins en quarts de finale, il a retrouvé sa place en demi-finale contre les Wallabies, Muliaina étant sur le flanc après le match contre les Pumas.

Le face-à-face à distance avec Clerc

Avec son mètre quatre-vingt-six et ses 95kg, Israel Dagg a un gabarit qui lui permet de venir défier les défenses, sa vitesse lui offrant de belles opportunités lorsqu'il se trouve intercalé, sa gestuelle et sa technique personnelle étant bien évidemment hors norme. Illustration de ses qualités: ce débordement en demi-finale contre l'Australie, et cette passe acrobatique mais ô combien maitrisée après plaquage et juste avant de sortir en touche, pour l'essai de Nonu. Très à l'aise sur les ballons aériens, il est devenu un cadre des lignes arrières, l'un des déclencheurs des offensives, et avec Guilford et Jane autour de lui, ils forment tous trois un trio de "fond de terrain" particulièrement entreprenant.

Pour ce dernier match de la Coupe du monde, outre le sacre mondial que tout le "pays du long nuage blanc" attend depuis 24 ans, le natif de Marton peut prendre la succession de ses prédécesseurs néo-zélandais, Jonah Lomu (1995 et 1999), ou Doug Howlett et Mills Muliaina (2003) pour être le meilleur marqueur de la Coupe du monde, et reprendre le flambeau abandonné par le Sud-Africain Bryan Habana. Pour cela, il doit non seulement marquer au moins un essai, mais il doit également empêcher Vincent Clerc de passer la ligne, lui qui compte un essai de plus au compteur (6 réalisations), comme l'Anglais Chris Ashton. Ce sera donc l'un des nombreux "match dans le match", chacun pouvant empêcher l'autre d'accéder à ce sacre individuel. Avec onze essais en deux Coupes du monde, Vincent Clerc pourrait par ailleurs faire un pas de plus vers Jonah Lomu, empereur absolu de l'exercice avec 15 essais à son actif en deux éditions.

Coupe du Monde de Rugby