Bakkies Botha
Le deuxième ligne sud-africain Bakkies Botha | AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Botha, une ombre sur la touche

Publié le , modifié le

A quatre jours du quart de finale explosif entre l'Afrique du Sud et l'Australie, les Springboks ont définitivement perdu leur deuxième ligne Bakkies Botha. Déjà absent en début de Coupe du monde en raison d'un tendon d'Achille, le futur Toulonnais va reprendre le chemin de l'Afrique du Sud pour soigner l'autre tendon d'Achille. Les champions du monde perdent un élément essentiel, à la base du titre en 2007 avec son "double", Victor Matfield.

Comme Achille, sa faiblesse est venue de ses pieds. Guerrier et courageux comme l'était le héros légendaire de la Guerre de Troie, Bakkies Botha a mis un pied à terre avant les quarts de finale de la Coupe du monde. Déjà blessé au tendon d'Achille en début d'épreuve, mal qui le faisait souffrir depuis plusieurs mois déjà, le Sud-Africain a cette fois baissé pavillon en raison de son autre tendon.

"Je suis quelqu'un qui a l'habitude de garder ses émotions pour lui, mais c'était émouvant de parler à l'équipe ce matin et de leur dire que je rentrais à la maison". Avec ses 2.01m et ses 120kg, Bakkies Botha n'est pas le genre de joueur à extérioriser. Les tourments, ce sont plus souvent ses adversaires qui les vivent, et plutôt mal en général. Cela fait plusieurs années qu'avec son compère de la deuxième ligne, Victor Matfield, il représente ce qui se fait de mieux à ce poste. Rugueux, puissants, terribles défenseurs, pousseurs infatigables et régnant sur la touche, les deux hommes étaient l'image de cette solidité sud-africaine, clé de voute de ce deuxième sacre mondial conquis en 2007 sur le sol français.

Coup dur pour les Boks

En 2011, tout a changé. Les deux joueurs n'ont pas évolué une seule fois ensemble, les blessures de l'un succédant aux problèmes de l'autre. Botha est désormais âgé de 32 ans, Matfield de 34 ans, et le temps passe vite. "J'ai conseillé à l'équipe de profiter de chaque instant sous le maillot vert et or, parce qu'on ne sait jamais quand un match va être le dernier", a lancé le futur joueur du RC Toulon. "On ne peut pas s'arrêter ici, il y a encore trois matches à jouer". Sans ce duo, les Boks sont parvenus à sortir premiers de leur poule et à être présents au rendez-vous des quarts de finale. Mais l'obstacle représenté par les Wallabies, et probablement ensuite par les All Blacks, est d'un tout autre niveau que l'opposition des Gallois ou des Samoans. Son expérience pourrait manquer. "Le vestiaire était un peu sombre ce matin", a expliqué Bryan Habana, l'autre symbole de cette Afrique du Sud encore championne du monde.

Malgré son âge et ses problèmes physiques, Bakkies Botha ne veut pas encore raccrocher. "J'ai toujours envie de jouer pour mon pays et ce sera le cas tant que je jouerai", a affirmé le joueur, du haut de ses 76 sélections. "J'ai pour objectif de me donner à 100% pour Toulon, pour les aider à jouer la Heineken Cup, et je serai toujours disponible pour l'Afrique du Sud l'année prochaine. C'est quelque chose d'unique de porter ce maillot et cette ambition ne m'a jamais quitté". C'est depuis son domicile que le Sud-Africain supportera ses coéquipiers, après avoir quitté le sol néo-zélandais vendredi, deux jours avant le match contre les Australiens.

Coupe du Monde de Rugby