Australie: Cheika succède à McKenzie

Australie: Cheika succède à McKenzie

Publié le , modifié le

Selon la presse australienne, Michael Cheika, vainqueur du Super XV à la tête des Waratahs en août, aurait accepté le poste de sélectionneur de l'Australie suite à la démission d'Ewen McKenzie. Ce dernier a jeté l'éponge samedi après la défaite sur le fil contre la Nouvelle-Zélande dans le troisième match de la Bledisloe Cup.

Citant "une source bien informée", le journal The Australian affirme sur  son site Internet que Cheika a "accepté de prendre le poste de sélectionneur  des Wallabies" après avoir rencontré dimanche puis lundi le président de la Fédération australienne de rugby (ARU) Bill Pulver. Les deux parties négocieraient encore les détails du contrat de l'ancien entraîneur du Stade Français de 47 ans, toujours engagé avec la franchise des Waratahs. "Il y a évidemment encore quelques détails à régler, mais nous sommes proches d'un accord. Nous allons voir comment ça va évoluer et ce qui sortira (des discussions)", a reconnu Cheika, qui s'est également déclaré excité à l'idée de prendre en main la sélection des antipodes. 

La situation urge pour des Wallabies en partance pour une tournée européenne au mois de novembre. Ils y affronteront le pays de Galles (le 8 novembre), la France (15), l'Irlande (22) et l'Angleterre (29).. "L'ARU explore toujours différentes options pour remplacer Ewen McKenzie  après sa démission présentée samedi. A l'heure actuelle, aucun entraîneur n'a  été nommé. Nous espérons trouver une solution et l'annoncer avant le départ de l'équipe pour la tournée de novembre vendredi", a d'ailleurs réagi l'ARU.

White est aussi sur la short list

Si la fédération aussie ne trouve pas de solution d'ici là, un sélectionneur par intérim pourrait être nommé. Outre Cheika, le Sud-Africain Jake White est cité parmi les favoris pour succéder à McKenzie. Agé de 51 ans, ce dernier a  remporté la Coupe du monde 2007 avec les Springboks et a dirigé la franchise australienne des Brumbies, puis celle, sud-africaine, des Sharks, jusqu'au mois dernier, avant de démissionner. Nommé à l'été 2013, Ewen McKenzie a quitté son poste dans la foulée de la  défaite contre la Nouvelle-Zélande (28-29) en clôture de la Bledisloe Cup. Depuis sa prise de pouvoir, l'ancien pilier international n'était pas parvenu à remettre l'Australie au sommet de la hiérarchie de l'Hémishpère Sud comme l'a prouvé le dernier Four Nations.

McKenzie miné par le sportif et l'extra-sportif

Handicapés par une défense passoire (160 points encaissés en 6 matches), les doubles champions du monde 1991 et 1999 ont terminé avant-dernier et offert à l'Argentine sa première victoire dans la compétition. Pour ne rien arranger, McKenzie aurait entretenu une relation extra-conjugale avec la responsable commerciale de la sélection, Di Patston. Une dirigeante partie avec fracas suite à une altercation avec la vedette du squad australien Kurtley Beale. La situation était donc devenue intenable pour le successeur de Robbie Deans sur le banc du XV australien. 

Jerome Carrere