Alexandre Dumoulin
Alexandre Dumoulin à l'entraînement avec les Bleus | FRANCK FIFE / AFP

Angleterre-France : le bal des prétendants

Publié le , modifié le

Certains joueurs de l'équipe de France, pas encore assurés de faire partie du groupe que Philippe Saint-André emmènera à la Coupe du monde, vont jouer très gros samedi à Twickenham face à l'Angleterre. Pour tenter de convaincre leur sélectionneur, les postulants devront briller individuellement tout en faisant passer l'intérêt collectif avant tout. Pas si simple.

Angleterre-France à suivre sur France2 à 20h50 et sur francetvsport.fr

Philippe Saint-André a posé les termes de l'équation pour ceux, et ils sont nombreux, qui ne sont pas encore des titulaires indiscutables dans le XV de France et qui seront donc scrutés à Twickenham face aux Anglais. "La plus grosse erreur serait de jouer sa carte individuelle", prévient le sélectionneur. "C'est sur l'état d'esprit collectif que mon analyse sera faite". Sport d'équipe par essence, le rugby impose pourtant aussi des prises de risques, des coups d'éclats personnels. Bref, les aspirants à une place de titulaire potentiel sont confrontés à un sacré dilemme ! D'autant que, même si le sélectionneur a déjà donné des indications sur ceux qui seraient présents ou absents samedi, il ne livrera son XV de départ que vendredi. En attendant, les postulants doivent éviter de cogiter, même si ce n'est sans doute pas évident. 

Gaël Fickou, qui est en concurrence avec pas moins de quatre autres partenaires (Bastareaud, Fofana, Lamerat et Dumoulin) au poste de trois quart centre livre les clés pour aborder ce match dans les meilleures conditions psychologiques : "Il ne faut pas se prendre la tête", prévient le Toulousain qui ne nie pas l'émulation au sein du groupe. "Bien sûr on a tous envie de faire partie de la liste définitive et cela peut passer par une bonne performance individuelle contre les Anglais. Face à eux, il faudra jouer juste". Sans trop en faire mais tout en se montrant donc...  Rémi Lamerat se veut plus serein. "On gère bien cette concurrence car on sait tous que ça se passe déjà comme ça en club donc il n’est pas question de jouer la carte personnelle. Il faut bien sûr donner le meilleur de soi-même mais toujours dans le but d’apporter au collectif. Les performances individuelles seront scrutées mais il faut bien comprendre que si collectivement, on fait un bon match, ça aidera à faire partie du groupe des 31".

"Sans les autres on n'est rien"

Scott Speeding, qui dispute à Brice Dulin la place de numéro 15, sait lui aussi que les deux affrontements face au XV de la Rose seront déterminants dans l'esprit de Saint-André si ce dernier a encore des doutes. "Il y a un peu de stress c'est vrai", confesse l'arrière, "je vais tout donner et on verra après". "Après", c'est dans six jours. Le lendemain du match retour contre l'Angleterre, le 23 août, PSA donnera la liste définitive des 31 joueurs qui disputeront la Coupe du monde du 18 au 31 septembre. Ce qui signifie en d'autres termes que cinq joueurs quitteront le groupe à l'issue de ce double test face au pays organisateur. Ceux qui "passeront le cut" seront certainement ceux qui auront réussi à faire passer les intérêts du groupe avant leur désir de briller tout seul. "Bien sûr, on peut envisager que ceux qui visent le même poste que moi sont des concurrents mais si on est dans cet état d’esprit, il vaut mieux faire du tennis ou un sport individuel", plaisante Lamerat. On sait tous très bien que sans les autres, on n’est rien". 

Julien Lamotte

Coupe du Monde de Rugby