Handre Pollard Afrique du Sud
Le joueur de l'Afrique du Sud Handre Pollard | AFP - GIANLUIGI GUERCIA

Afrique du Sud-Argentine : une petite finale pour se consoler

Publié le , modifié le

L'Afrique du Sud et l'Argentine devront avoir avalé l'amertume de leur demi-finale perdue pour rebondir vendredi au stade Olympique de Londres, lors d'un match pour la 3e place de Coupe du monde semblable à un triste bal d'adieux.

Springboks et Pumas le jurent: ils n'iront pas à reculons en banlieue de Londres se disputer une place très honorifique sur le podium du Mondial-2015. Et il faut bien oublier le trait d'humour du sélectionneur sud-africain Heyneke Meyer, qui avait comparé l'intérêt de ce match à celui "d'embrasser sa soeur". "C'est un match crucial pour nous et on se doit, à nous-mêmes et à nos supporters, de terminer la saison sur une bonne note", a assuré Meyer mercredi, dans un registre bien moins drôle mais beaucoup plus politiquement correct.

Des deux côtés, les ressources mentales seront en tous cas durement mises à l'épreuve après la vive déception du week-end précédent. Samedi dernier, les Springboks n'ont effectivemet pas échoué bien loin des All Blacks (20-18) à Twickenham, livrant un match plein d'abnégation en défense mais pas suffisamment complet en définitive. "Ce furent les semaines les plus dures de nos vies", a ainsi relevé mercredi le deuxième ligne Eben Etzebeth, qui confiait n'avoir pas du tout envie de célébrer son 24e anniversaire jeudi. "Mais on a besoin de se relever et on va le faire pour le maillot sud-africain et pour l'Afrique du Sud".

Les adieux de Matfield et Fernandez Lobbe

"Quand vous revêtez le maillot des Springboks et même si c'est pour un match amical, vous représentez toujours votre pays, les espoirs et les rêves de beaucoup de gens et c'est une grande responsabilité", a renchéri sur le même thème Heyneke Meyer qui aimerait bien être reconduit à la tête des Boks et n'a surement aucune envie d'être accusé de galvauder la rencontre. Les Sprinboks, qui ont commencé leur Coupe du monde par une historique humiliation face au Japon (34-32), seront donc quasiment au complet face aux Pumas pour espérer un feu d'artifices final, si l'on excepte l'absence du capitaine et demi de mêlée Fourie du Preez, blessé au visage et souffrant encore de maux de tête. Ce sera aussi l'occasion d'offrir une sortie par le haut à l'emblématique deuxième ligne Victor Matfield (38 ans, 126 sél), nommé capitaine pour son dernier test international. Pour le reste, l'ossature du XV qui a affronté les All Blacks est reconduite, comme le jeune ouvreur Handre Pollar, l'ailier Bryan Habana ou encore l'impressionnante troisième ligne Schalk Burger, Duane Vermeulen, François Louw.

A l'inverse, le sélectionneur Daniel Hourcade a largement fait tourner après le revers dimanche contre l'Australie (29-15). Ses Pumas ont il est vrai payé un lourd tribut aux Wallabies, avec quatre habituels titulaires à l'infirmerie: l'arrière Joaquin Tuculet, le centre Juan Martin Hernandez, l'ailier Juan Imhoff et le capitaine et talonneur Agustin Creevy. Mais avec 9 changements au total dans son XV de départ, Hourcade mise aussi sur un brin de fraîcheur supplémentaire pour égaler le meilleur résultat des Pumas dans une édition mondiale; une médaille de bronze décrochée en 2007. Quelques Argentins tireront aussi leur révérence à l'issue de cette rencontre, dont le troisième ligne Juan Martin Fernandez Lobbe (33 ans, 70 sél). Une manière de faire de la place aussi à une prometteuse nouvelle génération de Pumas qui visera avec appétit le Mondial-2019 au Japon. 

AFP

Coupe du Monde de Rugby