Espagne Allemagne joie Puyol Espagnols Mondial 2010
Les Espagnols heureux après le but de Puyol | AFP - Roberto Schmidt

Viva Espana !

Publié le , modifié le

L'Espagne s'est qualifiée pour la finale de la Coupe du monde en battant l'Allemagne 1 à 0 ce mercredi au Moses Mabhida Stadium de Durban. Carles Puyol a inscrit le seul but du match à la 73e minute d'une tête splendide sur un corner de Xavi. La Roja affrontera les Pays-Bas pour le titre mondial dimanche à Johannesburg. Ni l'Espagne ni les Pays-Bas, qui s'affrontent dimanche au Soccer City Stadium de Johannesburg (20h30), n'ont jamais gagné le Mondial.

Championne d'Europe en titre, l'Espagne est à une victoire de réaliser un  doublé Euro-Mondial que seule... l'Allemagne a réalisé jusqu-là, en 1972/1974. L'affiche à Johannesburg, entre Espagnols et Néerlandais qui n'ont encore  jamais été couronnés, sera inédite dans l'histoire des finales de Coupes du  monde. Qui plus est, ce sera la première fois qu'une nation européenne  remportera le titre mondial en dehors du vieux continent. La Roja défiera donc pour un premier sacre des Néerlandais dont ce sera la  troisième tentative en finale. En 1974, les Oranje de Johan Cruyff avaient été  battus par l'Allemagne (1-2) à Munich. Quatre ans plus tard en Argentine, ils  avaient également cédé, contre l'Albiceleste (1-3 a.p.).

Pour l'Allemagne, qui a manqué l'occasion d'atteindre pour la huitième fois  de son histoire une finale d'un Mondial -ce qui aurait été un record-, il  s'agira, comme en 2006 chez elle, de terminer à la troisième place du tournoi.  La Mannschaft devra pour cela battre, samedi à Port Elizabeth, l'autre  demi-finaliste malheureux, l'Uruguay, éliminé mardi par les Pays-Bas (2-3). La victoire espagnole s'est décidée après un corner de Xavi, qui trouvait  Puyol lancé comme un missile, et dont la tête puissante était imparable pour  Neuer (73). Ce but concrétisait une réelle domination de la Roja, contre un  adversaire qu'elle avait déjà battu en finale de l'Euro 2008 sur le même score.

Pour ce choc des Titans, le sélectionneur espagnol Vicente Del Bosque avait choisi de se passer de Fernando Torres en attaque pour la première demi-finale espagnole de l'histoire. Et donc d'aligner Pedro aux côtés de David Villa. Pedro, 22 ans, jamais titularisé durant ce tournoi, honorait sa 7e sélection. L'attaquant du FC Barcelone avait fait une entrée remarquée contre le Paraguay en quart de finale (1-0), notamment avec un tir sur le poteau qui avait débouché sur le but de la victoire. Torres, auteur du but de la victoire en finale de l'Euro 2008 contre l'Allemagne (1-0), payait ainsi le prix de sa prestation fantomatique depuis son arrivée en Afrique du Sud. Pour le reste, Del Bosque avait donc reconduit l'équipe qui était venue à bout du Paraguay. De son côté, Joachim Löw avait opté pour Piotr Trochowski pour remplacer Thomas Müller, suspendu pour accumulation de cartons jaunes. Agé de 26 ans, Trochowski, milieu offensif d'Hambourg, honorait de son côté sa 35e sélection et avait la redoutable tâche de faire oublier la révélation allemande de ce tournoi avec quatre buts. Hormis ce changement, Löw avait reconduit l'équipe qui avait dominé l'Angleterre (4-1) en 8e de finale et l'Argentine en quart de finale (4-0). Comme attendu, Sami Khedira, ménagé à l'entraînement cette semaine, tenait sa place aux côtés de Bastian Schweinsteiger.

L'Espagne prenait le match en mains dès le début. David Villa se procurait la première grosse occasion dès la 6e minute. Bien alerté par Pedro, le futur Barcelonais butait sur Neuer. Sept minutes plus tard, Puyol, bien servi par Iniesta qui avait débordé sur le côté droit, mettait son coup de tête au dessus. Forts de leur supériorité technique, les Espagnols dominaient nettement ce premier quart d'heure. Il fallait attendre la 16e minute pour voir les Allemands se montrer un tantinet dangereux sur un corner puissant où Casillas manquait un peu sa sortie. Entre temps, un spectateur avait fait irruption sur le terrain, rapidement repris par les forces de l'ordre. La rencontre reprenait sur un rythme tranquille, "la Roja" développant son jeu de passes tandis que la Mannschaft misait sur le contre. Etrangement, aucune faute n'avait encore été commise après 25 minutes de jeu. Proprement incroyable à ce niveau.

C'est Sergio Ramos qui la commettait dans la minute suivante sur Podolski, une bonne semelle qui aurait mérité un avertissement. A la demi-heure, Xabi Alonso tirait de loin mais le ballon passait à droite de la cage gardée par Neuer. Les Allemands répliquaient par une frappe puissante de Trochowski que Casillas déviait en corner (32e). Une première alerte pour l'équipe de Vicente Del Bosque. Hormis celle-ci, la Seleccion gérait bien son affaire, sans se mettre en danger. Mais ça manquait tout de même cruellement de vitesse pour déborder l'arrière garde adverse, repliée dans son camp. Juste avant la pause, sur un contre allemand, Klose, au contact de Piqué, s'écoulait dans la surface. L'arbitre magyar, Monsieur Kassai, ne bronchait pas, à juste titre, l'attaquant d'origine polonaise étant venu lui-même buter sur la jambe de son adversaire. Dans la foulée, un tir de Pedro était bien capté par Neuer. Les deux formations regagnaient les vestiaires sur ce score vierge.

Dès l'entame de la seconde période, l'Espagne tentait d'accélérer la cadence. Deux tirs de Xabi Alonso, le premier du droit après un superbe numéro de Pedro sur l'aile droite, le second du gauche, frôlaient les montants du but allemand. Du coup, Jansen remplaçait Boateng, décision de Joachim Löw (52e). Les Champions d'Europe cherchaient à donner davantage de vitesse à leur jeu mais Villa, bien décalé par Xavi aux 18 mètres, plaçait son tir hors du cadre. Puis en deux minutes, les Ibères manquaient d'ouvrir la marque. D'abord sur une belle action collective conclue par un tir puissant dans l'axe de Pedro que le portier allemand repoussait tant bien que mal. Ensuite, dans la continuité, sur un centre d'Iniesta que Villa coupait un pil trop tard. Enfin, sur un nouveau tir de l'intenable Pedro qui passait de très peu à droite de la cage de Neuer (57e).

Le coach allemand décidait alors de faire entrer le prometteur Kroos à la place de Trochowski (62e). L'Allemagne subissait en effet trop et il fallait changer quelque chose. D'autant que Ramos, bien lancé dans la surface par une belle ouverture de Xabi Alonso, était tout près d'exploiter la situation, obligeant Podolski à revenir le contrer (illicitement ?) in extremis. L'Espagne dominait copieusement son sujet mais l'Allemagne résistait encore. Mieux, elle se procurait sa première grosse occasion du match à la 69e minute (!). Beau mouvement côté gauche, débordement et centre au second poteau de Podolski que Kroos reprenait de volée mais que Casillas déviait au prix d'une belle parade. Mais ce sont les Espagnols qui ouvraient le score à la 73e minute. Xavi tirait un corner que Puyol catapultait d'une tête splendide dans les filets adverses (1-0).

L'Espagne ratait l'occasion de doubler la mise à neuf minutes du terme, Pedro préférant tenter le crochet sur Mertesacker plutôt que de décaler Torres, rentré juste avant à la place de Villa et démarqué sur la gauche. L'Espagne tenait finalement bon et s'offrait sa première finale de Coupe du monde. Un exploit bien mérité pour la "furia Roja", techniquement et collectivement meilleure. Viva Espana !

Réactions

Vicente Del Bosque  (sélectionneur de l'Espagne): "Je ne veux pas donner de noms, je pense à tous  les joueurs qui ont tous été extraordinaires. Mais attention, il nous reste un  match à jouer! Nous sommes heureux ce soir, mais il faut voir comment nous  allons récupérer. Je pense à tous les gens qui ont beaucoup travaillé autour de  cette équipe depuis des années. On connaît le football néerlandais, et ce sera  très difficile en finale."
      
David Villa (attaquant de l'Espagne): "Je suis très content, on a joué notre  meilleur match du Mondial, avec le match qu'on a fait, on aurait pu marquer plus  de buts mais c'est celui de (Carles) Puyol qui nous emmène en finale. Jamais  dans l'histoire de notre pays nous n'avions atteint ça (la finale de la Coupe du  monde), nous sommes très contents de disputer la finale, mais il faut être  champion maintenant!"

Philipp Lahm (capitaine de  l'Allemagne): "La déception est immense. Nous avons beaucoup essayé, et ça n'a  pas souri. En première période, nous n'avons pas joué assez courageusement vers  l'avant. Derrière, nous n'avons pas lâché grand chose. Je n'ai aucune envie de  jouer le match pour la troisième place".

Manuel Neuer (gardien de but  allemand): "La déception est très grande en cet instant. Mais nous savons que  nous avons disputé un bon tournoi. Nous n'avons pas joué assez vers l'avant et  nous ne nous sommes pas créé assez d'occasions. Et on a manqué un petit peu de  courage peut-être. Il nous a aussi peut-être un peu manqué d'audace. Dans  quasiment tous les matches, nous avons marqué des buts en première période et  c'est comme ça que notre confiance augmentait. Aujourd'hui c'était différent,  l'Espagne a pris les choses en main et a eu beaucoup plus d'occasions".
      
Marcell Jansen (défenseur allemand): "L'Espagne était meilleure ce soir, il  aurait fallu être plus audacieux, notamment dans le dernier quart d'heure alors  qu'ils étaient un peu à plat. Il faut maintenant finir ce tournoi sur une bonne  note".

Joachim Löw (sélectionneur  allemand): "Compliments aux Espagnols. Je crois qu'ils vont être champions du  monde. Ils sont les meilleurs depuis deux, trois ans. Au niveau du jeu, ils sont  tellement bons, ils nous ont poussés à la limite. Ils ont une façon de faire  courir la balle qui fait qu'on ne peut que courir derrière. Nous n'avons pas pu  nous emparer du ballon comme il aurait fallu, et ça nous a coûté beaucoup  d'énergie."