Luis Suarez et Cristiano Ronaldo se retrouvent demain soir à Sotchi pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde.

Coupe du monde 2018 - Uruguay-Portugal : un choc fermé à double tour ?

Publié le , modifié le

L'Uruguay défie le Portugal en huitième de finale de la Coupe du monde samedi à 20h00. Un choc, le premier entre les deux nations, qui devrait reposer sur leurs qualités défensives respectives. Pourtant, avec des attaquants de grande qualité des deux côtés, l'affiche pourrait tout de même laisser place à des gestes de grande classe. Deux sélections aux profils a priori assez similaires qui tenteront de faire jouer leur expérience pour venir défier la France ou l'Argentine en quart de finale.

Bien souvent, les présentations des grandes affiches, comme c'est le cas de cet Uruguay - Argentine, mettent en lumière les attaquants. Ce huitième de finale du Mondial n'échappe pas à la règle. Sur toutes les unes, Cristiano Ronaldo fait face à la doublette Luis Suarez - Edinson Cavani. Mais à y regarder de plus près, si les atouts offensifs des deux sélections sont indéniables, il y aurait plus à comparer en prenant les deux charnières centrales.

Gimenez-Godin vs Fonte-Pepe

La Celeste est la seule équipe du Mondial à ne pas avoir encaissé de buts durant le premier tour. Trois clean-sheet contre l'Egypte, l'Arabie Saoudite et la Russie qui soulignent la solidité de la formation d'Oscar Tabarez. Alignés lors des deux premières rencontres, Diego Godin et Jose Gimenez, partenaires à l'Atletico Madrid, sont les piliers de la défense uruguayenne. Une paire intraitable qui va faire face à des adversaires un peu plus costauds que ceux rencontrés jusqu'à présent - sans leur manquer de respect.

De son côté, le Portugal fait elle aussi office de machine parfaitement rodée derrière. José Fonte et Pepe sont l'assurance tous risques de la Seleçao. Si le bilan est moins glorieux que celui de la Celeste en termes de buts encaissés (4 contre 0) et de points engrangés (5 contre 9), les champions d'Europe en titre connaissent parfaitement leurs armes : un bloc compact qui laisse peu d'espaces, et des joueurs offensifs dont la mission première est de créer des situations de but à CR7. Le groupe n'a pas beaucoup varié par rapport à 2016. En poste depuis 2014, Fernando Santos connaît très bien ses hommes et applique une tactique gagnante reposant non pas sur un jeu de position mais des attaques placées. Sans oublier de compter sur le talent d'un Quaresma ou d'un Ronaldo.

Un match ennuyeux, vraiment ?

 "Je comprends que cela puisse vous préoccuper de savoir si ce match va être ennuyeux mais cela ne nous passe même pas par la tête. Si c'est ennuyeux et qu'on gagne, on ne se plaindra pas! C'est vrai qu'il y a de grands joueurs, des équipes compactes, des joueurs d'expérience et il est possible que ce soit équilibré. Mais que cela finisse par être ennuyeux, cela fait partie de la subjectivité propre au football."

En conférence de presse, Oscar Tabarez a presque tout résumé. L'interrogation sur une partie fermée, qui anime les débats avant la rencontre, ne concerne pas tant les acteurs que les spectateurs. Le Danemark-France de mardi après-midi en a été l'une des preuves les plus marquantes : le résultat importe souvent plus que la manière, à notre grand regret parfois. Mais qui dit début de la phase à élimination directe dit aussi victoire impérative, quelle que soit la physionomie du match. Nul doute que Portugais comme Uruguayens espèrent bien arracher leur qualification avant une éventuelle prolongation ou des tirs au but. 

En tout cas, on fait le pari d'y croire : oui, il y aura bien du spectacle ce samedi soir. Fernando Santos aussi. "Ennuyeux ? Je ne le pense pas, je pense que ce sera un grand match. Les deux équipes vont essayer de gagner avec leurs armes. Demain (samedi), c'est différent de la phase de groupe: soit on gagne, soit on repart à la maison. Et le Portugal veut gagner."

Cristiano Ronaldo, le facteur X, revient dans son jardin

C'était le 15 juin dernier. Le premier vrai choc du Mondial russe entre l'Espagne et le Portugal. Sous les projecteurs de Sotchi, Cristiano Ronaldo avait pris toute la lumière. Son triplé, dont un coup-franc sublime en toute fin de partie, a suffi à faire taire les sceptiques : oui, le récent vainqueur de la Ligue des champions avec le Real Madrid est dans une forme optimale. 

Samedi, il retrouve le stade olympique Ficht de Sotchi et sera, très logiquement, l'attraction principale de ce 8e de finale. "C'est un attaquant d'élite, il a un immense potentiel et il faut planifier ce match contre une équipe adverse, en prenant en compte l'importance de chaque joueur individuellement et dans l'expression collective, a expliqué Oscar Tabarez. Ronaldo est par ailleurs un leader avec toutes ses qualités mais il n'y aura pas un seul joueur au marquage, il ne sera pas marqué seulement par (Diego) Godin, nous voulons faire les choses de manière collective pour limiter son influence ou tenter d'y parvenir."

Coupe du Monde de Football