Frédéric Thiriez
Frédéric Thiriez, le président de la LFP | AFP - PASCAL POCHARD-CASBIANCA

Thiriez met en garde sur le Mondial-2022

Publié le , modifié le

Frédéric Thiriez, président de l'Association des Ligues européennes de football (EPFL), a assuré que la décision sur les dates (hiver ou été) du Mondial au Qatar en 2022, ne se ferait pas sans son instance.

"La Fifa a décidé d'ouvrir le processus normal de négociation, à partir de janvier nous participerons aux discussions (...) Cette décision ne se fera pas sans nous, que ce soit clair" a déclaré M. Thiriez lors d'un point presse, dans le cadre de l'assemblée générale de l'EPFL à Paris. "Il n'est pas concevable qu'une décision de cette nature, qui bouleversera le calendrier des championnats nationaux de l'ensemble des pays européens, non pas seulement pour une saison mais avec des conséquences sur la saison d'après et la saison d'avant, soit prise sans que nous soyons, non seulement consultés, mais partie prenante à la décision", a-t-il encore appuyé.

En marge de son dernier comité exécutif des 3 et 4 octobre, la Fifa avait annoncé le lancement d'une consultation "de toutes les parties" pour changer les dates du Mondial-2022, et donc jouer éventuellement en hiver et non en été comme traditionnellement. "Nous faisons confiance à la Fifa pour que ce processus de décision soit transparent, honnête et raisonnable", a poursuivi M. Thiriez, élu vendredi pour trois ans à la tête de l'EPFL, poste dont il assurait jusqu'ici l'intérim. "Nous n'avons jamais dit non par principe, a-t-il ensuite précisé à propos de l'idée de jouer ce Mondial en hiver. Nous nous rendons bien compte qu'il y a sans doute des difficultés à jouer l'été au Qatar. Mais c'est une décision qui doit être prise en accord avec nous, les Ligues professionnelles."

Enfin, interrogé sur le coût que représenteraient de tels changements pour les championnats européens, M. Thiriez a expliqué que "nous sommes en train d'évaluer tout cela". "Il y a toute une série d'impacts sur les calendriers des championnats nationaux, sur le football amateur, a-t-il détaillé. Il y a aussi des conséquences sur nos propres diffuseurs, qui sont nos partenaires. Ce processus va commencer à partir de maintenant pour au moins six mois, on ne se précipite pas, la Coupe du monde n'est qu'en 2022."

AFP