Argentine Heinze joie poing serré 12062010
Gabriel Heinze | AFP-Garcia

Succès probant de l'Albiceleste

Publié le , modifié le

Dans une rencontre opposant les deux favoris du groupe B, l’Argentine a pris le dessus sur le Nigeria (1-0), prenant une belle option sur la qualification en huitièmes de finale. Habituée à des débuts fracassants en Coupe du monde, l’Argentine a maîtrisé une rencontre qui s’annonçait tendue, en inscrivant le premier but dès la 6e minute par Heinze.

Comme les chanceux spectateurs du Ellis Park pouvaient s’y attendre, ce duel entre deux équipes portées sur l’attaque partait sur les chapeaux de roue. Le Nigeria se procurait la première occasion sur une frappe non cadrée de Yakubu (3e). Mais les hommes de Diego Maradona organisés en une sorte de 4-2-4 se montraient les plus dangereux en contre. Très attendu, Messi donnait déjà le tournis à la défense adverse en basculant par moments à gauche. Le prodige argentin manquait de peu le premier but sur une frappe plein axe dans les 18 mètres, mais Enyeama, dernier rempart des Super Eagles, se détendait et détournait le tir. Sur le corner suivant, et alors que les vuvuzelas cassaient toujours les oreilles des spectateurs, Heinze reprenait le corner et malgré son petit gabarit, logeait d’une tête plongeante le cuir dans la lucarne. Après ce but inscrit dès la 6e minute par l’Argentine (1-0), on craignait que le Nigeria ne prenne rapidement l’eau.

Il fallait toutefois attendre la 20e minute pour voir la prochaine grosse occasion de l’Albiceleste, lorsque Higuain sur une passe judicieuse entre deux défenseurs de Tevez, ratait son duel contre le gardien nigérian. Après une nette domination des coéquipiers de Mascherano, le jeu s’équilibrait et les Super Eagles reprenaient confiance. Ainsi, à la 28e minute, sur un superbe une deux entre Yakubu et Martins, les défenseurs argentins se voyaient pris de vitesse, mais le buteur nigérian manquait d’un rien sa reprise, sous le nez du gardien argentin. Mais une fois encore, le talentueux Messi mystifiait deux défenseurs, enveloppait son tir à la limite de la surface de réparation et obligeait Enyeama à réaliser un nouvel arrêt de grande classe (37e). Et il valait mieux que le gardien nigérian soit en forme… Au coup de sifflet signalant la pause, les 11 Nigérians étaient presque soulagés de n’être menés que 1-0.

Au retour des vestiaires, le concert des vuvuzelas reprenait de plus belle, et la pression restait sur les cages nigérianes. La réaction attendue des Verts tardaient curieusement à arriver, les joueurs du Suédois Lars Lagerbäck se contentant de rares contre-attaques. A l’heure de jeu, le sélectionneur des Nigérians procédait à ses premiers changements, avec les entrées de Martins et d’Odemwingie respectivement sur les flancs gauche et droit. Depuis ces changements, l’équipe africaine reprenait quelques couleurs. Mais c’était pourtant toujours l’Argentine qui se procurait les occasions les plus franches, à l’image d’un raid de Tevez plein axe, qui servait Messi, mais, la vedette du Barça voyait le ballon flirter avec le montant droit des buts adverses (64e).

Heureusement pour les Super Eagles, l’apport de leurs nouveaux ailiers était incontestable et il s’en fallait de peu pour que Taiwo ne voie sa frappe tendue tromper Romero (69e). Sur ce tir, le joueur de Marseille se blessait et devait être remplacé (par Uche). A la 78e, les supporteurs nigérians croyaient à l’égalisation lorsque Martins décochait un puissant tir, mais le gardien argentin, jusque là peu sollicité, repoussait le ballon des deux poings. Profitant de l’incontestable talent de Messi, l’Argentine ratait de peu le deuxième but à la suite d’un une-deux avec Milito (81e). Deux minutes plus tard, Uche prenait sa tête à deux mains après avoir raté sans doute la balle d’égalisation sur une reprise effectué sur le point de pénalty. Au coup de sifflet final, le Nigeria devait s’avouer vaincu sur ce score de 1-0, laissant l’Argentine prendre une sérieuse option sur la qualification. La triste série des Super Eagles en Coupe du monde se poursuit donc, eux qui n’ont plus gagné en phase finale depuis 1998…

"On a joué contre une équipe qui a les meilleurs joueurs du  monde. Je suis très fier de mes joueurs mais quand même un peu déçu", a commenté après le match Lars Lagerback. "Ce n'est jamais bon de commencer un tournoi en perdant  un match, et la Grèce (le futur adversaire du Nigeria) jouera dans la même situation, on sera à égalité. Mais je  crois beaucoup en mes joueurs", a réaffirmé le sélectionneur des Super Eagles.

Romain Bonte