Sergio Aguero, le dernier "fantastique" porté disparu

Sergio Aguero, le dernier "fantastique" porté disparu

Publié le , modifié le

Depuis le début du Mondial, l’Argentine a surtout compté sur ses individualités pour avancer. Et ça marche. Cinq matches, cinq victoires et tour à tour Lionel Messi, Angel Di Maria et Gonzalo Higuain ont été décisifs. Le quatrième larron de la bande, Sergio Aguero, lui s’est blessé contre le Nigéria. Depuis rien. Mais il pourrait faire son retour en demi-finale contre les Pays-Bas.

Messi, Di Maria, Higuain et Aguero. Au départ, ils étaient quatre. Quatre à porter les espoirs argentins. On les appelait les "quatre fantastiques". Puis le Mondial a débuté, on a un bien vu qu’un seul répondait présent. Le meilleur de tous. Lionel Messi évidemment, quatre buts et une passe décisive en cinq matches. Puis Angel Di Maria, s’est réveillé. Le Madrilène, servi par Messi, a inscrit le but de la qualification en 8e de finale face à la Suisse. En quarts de finale, Gonzalo Higuain, muet et indigent, a pris le relais, trouvant le chemin des filets qu’il cherchait vainement depuis le début.

Trois sur quatre sont désormais au rendez-vous. Le quatrième, Sergio Aguero, est lui porté disparu depuis sa blessure contractée durant la rencontre face au Nigéria. Mais bonne nouvelle pour Alejandro Sabella, le buteur de Manchester City est de nouveau sur pieds et serait apte à jouer contre les Pays-Bas. Un retour qui ferait passer la pilule Di Maria – même si les deux hommes ne jouent pas le même poste -. Reste à savoir, si Aguero va enfin se réveiller et se mettre au diapason de ses compagnons d’attaque.

Efficace sans lui

En 201 minutes disputées au Brésil, Sergio Aguero n’a pas montré grand-chose. Encore moins été décisif. Pourtant, il avait la confiance d’Alejandro Sabella. Il était titulaire en attaque dans ce système du 3-5-2 - aux côtés de Messi - qui a rapidement été abandonné et qui ne plaisait pas au capitaine argentin. Dans le 4-3-3 confectionné par Sabella pour les rencontres suivantes, il était également aligné aux côtés de Messi et de Higuain qui retrouvait la pointe. Mais quelque soit le système et les joueurs à ses côtés, Aguero a été à des années-lumière du niveau qui est habituellement le sien. Rarement en position de marquer, il n’a pratiquement jamais porté le danger.

Il n’a tiré que cinq fois pour trois tirs cadrés, soit le cinquième total de son équipe derrière Angel Di Maria, Lionel Messi, Gonzalo Higuain et… le latéral gauche Marcos Rojo. Un signe qui ne trompe pas, il a toujours été remplacé par Sabella en cours de rencontre. Et de plus en plus tôt. A la 87e minute face à la Bosnie, 76e contre l’Iran et à la 38e suite à sa blessure face au Nigéria. Et malgré ce mutisme, l’Argentine s’en est toujours sorti. Parmi les quatre équipes demi-finalistes, elle est la seule à avoir remporté toutes ses rencontres. 

Le tweet d’OptaJean

Le réveil ?

Pendant que les siens alignaient les victoires et qu'Ezequiel Lavezzi récupérait la place vacante, l'attaquant des Citizens lui multipliait les selfies sur Twitter. Avec Gonzalo Higuain, Maxi Rodriguez ou pour fêter l'anniversaire de son ami Lionel Messi, le joueur a prouvé qu'il était toujours actif sur la toile. A défaut de l'être sur la pelouse. Mais la blessure de Di Maria pourrait changer la donne. Elle oblige Alejandro Sabella à modifier ses plans. Même s'il rechigne à aligner ses "quatre fantastiques" ensemble, le sélectionneur sait qu'ils peuvent faire la décision sur un geste ou une inspiration. Si les changements ne devraient pas bénéficier directement au Kun, ce dernier pourrait rentrer en jeu. "Il a effectué trois entraînements et son évolution est excellente. Il est prêt à jouer", a assuré le médecin de l’Albiceleste, Daniel Martinez. Sur le banc samedi dernier contre la Belgique, il était resté sur le banc.

Le tweet de Sergio Aguero

L’homme aux 21 buts en 54 sélections – deuxième meilleur total des 23 Argentins derrière Messi à égalité avec Higuain – pourrait être celui qui fera la différence dans un match qui s’annonce fermé entre une sélection batave qui joue avant tout le contre et l’Albiceleste qui cherchera à contrôler le rythme de la rencontre. Il est le dernier des "quatre fantastiques" de cette Albiceleste à ne pas avoir marqué dans cette Coupe du monde. Quatre ans après son zéro pointé en Afrique du Sud, un deuxième Mondial sans but ferait tâche pour celui qui a inscrit 102 buts en club entre 2010 et 2014. 

Benoit Jourdain @BenJourd1