Oscar Scolari Brésil
Le sélectionneur brésilien Luiz Felipe Scolari en discussion avec son joueur Oscar | AFP - VANDERLEI ALMEIDA

Scolari : "on doit se qualifier"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur brésilien Luiz Felipe Scolari a répété à plusieurs reprises que son équipe n'était pas encore qualifiée avant d'affronter le Cameroun, tout en réitérant sa confiance à ses troupes dimanche en conférence de presse à Brasilia.

Quel adversaire préférez-vous en 8e? Que pensez-vous du Chili?
Luiz Felipe Scolari
: "Premièrement, il faut penser qu'on doit se qualifier. Les gens qui  disent qu'on va choisir notre adversaire sont soit idiots soit mal  intentionnés. Si on perd, on est qualifié? Il faut se qualifier, l'horaire des  matches a été choisi par la Fifa! Il y a un an je parlais du Chili. On m'a  tourné en ridicule en disant que +le Chili ne valait rien+. Maintenant, les  gens les voient autrement... Moi, je connaissais déjà le travail de Sampaoli  (sélectionneur argentin du Chili), ses joueurs et sa manière de jouer. Moi je  n'ai pas à choisir, je dois jouer et gagner demain."

Les deux matches ont fait naître des doutes sur le niveau du Brésil. 
L F S
: "J'ai confiance en mon équipe. Elle n'est pas au niveau de la Coupe des  Confédérations. Mais, c'est normal, c'est différent. Les équipes sont plus  fortes au Mondial. Il n'y a plus d'équipes faciles. Je respecte beaucoup le  Cameroun. Quand on dit que le Brésil doit choisir son adversaire, c'est une  forme de manque de respect envers le Cameroun. Ca m'énerve. Le Cameroun a perdu  deux matches. Un par 1-0 et l'autre 4-0 en jouant à 10 pendant toute une  mi-temps et en attaquant pour essayer de renverser le match..."

Que pensez-vous de l'arbitrage à ce Mondial ?
L F S
: "Comme je l'ai déjà dit: les arbitres vont prendre des décisions justes  et se tromper. Ils vont avoir une difficulté par-ci par-là comme moi quand je  dois composer mon équipe, faire mes choix. Ils ont aussi des choix à faire. Il  vont prendre la bonne décision 99 sur 100 et une fois se tromper. C'est normal.  Je peux interpréter une action douteuse d'une certaine manière et l'arbitre  d'une autre."

Le Brésil était habitué à se qualifier dès le deuxième match. Ce n'est  pas le cas. Qu'est-ce que ça change? 
L F S
: "Si on avait gagné contre le Mexique, si on avait rentré une de nos  quatre grosses occasions et si le gardien (Ochoa) n'avait pas fait son match,  on serait beaucoup plus tranquilles. Maintenant, nous avons une anxiété en  relation avec la qualification. C'est toujours difficile de faire un résultat  au Mondial et cette anxiété peut te faire commettre des erreurs. Si on était  qualifié je pourrais faire des expériences comme en 2002 mais là je ne ferai  pas de changements. Le foot s'est nivelé. Les équipes sont organisées. Elles se  mettent parfois à 9 derrière, les espaces sont très réduits. Tu rates tes  occasions et tu peux perdre."

Pouvez commenter le niveau de votre équipe?
L F S
: "Je trouve qu'on s'est amélioré contre le Mexique, on progresse, c'est  mon opinion, je ne discute pas celle des autres. Si on continue de travailler,  on peut gagner le match de demain et s'améliorer physiquement et tactiquement."

Il y a des soupçons de trucage autour du match...
L F S
: "La Fifa s'est manifestée et a expliqué. En théorie, le Cameroun ne joue  rien mais il y a l'honneur, la honte, la fierté... Ce sont des joueurs qui  jouent pour leur patrie. C'est absurde (les accusations de trucage), c'est un  manque de respect pour le Cameroun, pas pour nous. La Fifa s'est prononcé mais  il y a d'autres matches qui n'ont plus d'enjeu. L'Espagne ne peut plus se  qualifier, l'Angleterre non plus. Ce sont des matches à risques aussi."

Tactiquement avez-vous des nouveautés depuis le début du Mondial?
L F S
: "J'ai vu des équipes fermées sortir en contre, des équipes  traditionnelles avec des ailiers habiles et rapides, ou sinon 4-2-3-1 ou  4-4-1-1, les systèmes actuels, mais il n'y a pas trop de variation et on n'en  verra pas lors de ce Mondial. On va voir des équipes fermées qui jouent le  contre ou les ballons arrêtés."

AFP