Schweinsteiger Bastian visage Allemagne noir 06 2010
Le milieu de l'Allemagne Bastian Schweinsteiger | AFP - Pedro Ugarte

Schweinsteiger: "Ne pas répondre à leurs provocations"

Publié le , modifié le

Le milieu de terrain de l'équipe d'Allemagne a déjà fait monter la pression à trois jours du choc contre l'Argentine. "Le plus important, cela sera de ne pas se laisser intimider et de ne pas répondre à leurs provocations. J'espère que l'arbitre verra qui provoque qui", a-t-il déclaré. Bastian Schweinsteiger n'a pas oublié le Mondial-2006, et la défaite aux tirs au but en quart de finale contre l'Albiceleste. Et surtout pas la bagarre suivant le match.

- Ce quart de finale est une réédition de celui décidé en 2006 aux tirs au but: pensez-vous encore souvent à ce match très tendu ?
- "On a beaucoup évolué dans notre façon de jouer depuis 2006. Il y a beaucoup de jeunes joueurs dans cette équipe d'Allemagne. Mais l'Argentine aussi a beaucoup changé: ils sont, je crois, plus forts qu'en 2006. Dans tous les secteurs, milieux de terrain, défenseurs, attaquants, gardien de but, ils ont de très bons joueurs. On a tous encore en tête la séance des tirs au but, mais ce dont je me souviens le plus, c'est ce qui s'est passé après le match, cette bagarre qu'avaient déclenchée les Argentins ".

- L'Allemagne peut-elle battre l'Argentine de Maradona et de Messi ?
- "La clef de ce match, c'est nous qui l'avons. Si on joue comme contre l'Angleterre (victoire 4-1 dimanche en 8e), on peut gagner. Le plus important, cela sera de ne pas se laisser intimider et de ne pas répondre à leurs provocations. J'espère que l'arbitre verra qui provoque qui. On a vu lors du match entre l'Argentine et le Mexique, ce qui s'est passé. On a aussi entendu que les supporteurs argentins s'étaient rassemblés dans le stade sans avoir les bons tickets. Cela montre leur caractère et leur mentalité. Nous, nous ne sommes pas le genre de joueurs qui tentent de blesser volontairement un joueur comme Lionel Messi. Je trouve que le comportement des Argentins sur le terrain, la façon dont ils gesticulent, dont ils essaient d'influencer l'arbitre, c'est irrespectueux. Il faudra être calme et concentré durant cette rencontre, mais j'espère surtout qu'il y aura peu de provocations de leur part car, de notre côté, je peux assurer qu'il n'y en aura pas".

- L'Allemagne vous a vraiment découvert lors du Mondial-2006: comment jugez-vous votre évolution depuis et surtout cette saison, peut-être la meilleure de votre carrière à un nouveau poste ?
 - "Je suis plus expérimenté, plus professionnel, j'ai mûri. Si je compare par rapport à ce que je fais maintenant, en 2006, j'allais à l'entraînement et je rentrais à la maison. Maintenant avec Louis van Gaal (entraîneur du Bayern Munich), c'est très différent. On fait très attention à son corps, à la récupération. Van Gaal m'a replacé dans l'axe, car il a vu que c'était là où je pouvais donner le meilleur de moi-même. J'ai toujours dit que c'était le rôle que j'aimerais avoir, mais quand je suis passé de la réserve au groupe pro au Bayern, je n'ai pas pu revendiquer ce poste. Il y avait des joueurs plus expérimentés, plus âgés que moi qui occupaient ce poste très bien comme Michael Ballack, Owen Hargreaves, Nico Kovac ou Jens Jeremies, si bien que je me suis retrouvé sur les côtés, même si j'ai toujours su que ma meilleure position était dans l'axe".