Les manifestants à Sao Paulo
A Sao Paulo, de nombreux manifestants ont affiché leur hostilité à la Coupe du monde | AFP - ANADOLU AGENCY - BEN TAVENER

Sao Paulo: la grève "illégale" continue

Publié le , modifié le

La justice brésilienne a déclaré dimanche illégale la grève des employés du métro de la mégapole brésilienne, qui sera hôte jeudi de la cérémonie et du match d'ouverture du Mondial de football. Les grévistes ont pris acte de cette décision mais ont voté malgré tout dans la soirée, la poursuite du mouvement, pour obtenir gain de cause, un réajustement salarial de 12,5% en raison de l'augmentation du coût de la vie.

Cette grève s'inscrit dans un contexte plus vaste de mouvements sociaux sectoriels dans le pays depuis plusieurs semaines. Ces mouvement épars, de chauffeurs de bus, policiers ou vigiles des banques ont pris récemment le relais de la fronde sociale historique de juin 2013 qui avait ébranlé le géant émergent d'Amérique latine, en marge de la Coupe des Confédérations.  Ces mouvements sociaux, alliés aux menaces de manifestations des anti-Mondial, sur fond de croissance économique ralentie, de vie chère et de climat pré-électoral tendu, mettent sous forte pression les autorités.

Si les syndicats poursuivent vraiment leur mouvement dans le métro, et ceci en dépit de la décision judiciaire, si cette grève se poursuivait jusqu'au début de la compétition, elle perturberait sérieusement l'accès au Corinthians Arena où se jouera jeudi le match d'ouverture Brésil - Croatie, devant plus de 60.000 spectateurs,la présidente Dilma Rousseff et onze chefs d'Etat. Les premiers effets dans la mégapole brésilienne de 20 millions d'habitants déjà habituellement surengorgée dans un indescriptible chaos se sont  faits sentir lors des deux derniers jours avec 250 km de bouchons aux heures de pointe.  

Christian Grégoire