Bakary Sagna - Conférence Mondial 2010
Bakary Sagna - Conférence Mondial 2010 | AFP - FRANCK FIFE

Sagna : "A nous de leur marcher dessus"

Publié le , modifié le

A deux jours du premier match de l'équipe de France au Mondial 2010 contre l'Uruguay, vendredi au Cap, Bakary Sagna a réaffirmé la volonté des Bleus de frapper un grand coup. "A nous de leur marcher dessus", a t-il lancé avant d'aborder la nouvelle formation de l'équipe de France, la forme de certains cadres et les nouveaux statuts.

Comment se sent l'équipe avant le premier match ?
"Tout le monde a hâte de débuter. La pression monte mais c'est de la bonne pression. Il faut s'imposer dès le premier match, à nous de leur marcher dessus."

En préparation, l'équipe a encaissé un but à chaque fois...
"C'est embêtant, on a envie de garder les buts inviolés, tout le monde a à coeur de le faire. Il faut qu'on communique un petit peu plus. C'est le travail de tout le monde, l'attaquant est le premier défenseur".

Quel rôle avez-vous dans ce côté droit alors qu'on dit que l'équipe penche à gauche ?
"Je suis conscient que je peux apporter plus. Mais j'ai eu une période de dix jours sans rien faire avant d'arriver au stage. Je devais me remettre à niveau pendant la préparation. Mais il ne fallait pas que je me crame avant le début de la compétition. Maintenant, on y est. C'est vrai que, quand le latéral gauche monte, c'est à moi de couvrir la défense et de ne pas partir à l'abordage, c'est à moi de réfléchir".

Ribéry a l'air en forme...
"Il a montré ce qu'il sait faire, il a montré qu'il était présent. Il a une certaine aisance technique avec le ballon. Je suis content de le voir dans sa forme actuelle. Il est prêt à montrer l'exemple. En 2006, il a fait une belle Coupe du monde. Là, il est prêt à prendre le jeu à son compte."

Comment sentez-vous Gallas ?
"Il se sent bien. Il a pas mal galéré cette saison, il a été en centre de rééducation après sa blessure, pour être prêt le jour J. Il est prêt à faire une grande Coupe du monde."

Et Evra, comment est-il comme capitaine ?
"C'est un leader naturel, il communique énormément avec les joueurs de son club (Manchester United) et il le fait normalement avec l'équipe de France. Quand ça ne va pas et quand ça va bien, il sait le dire. Il est naturel, entier."

Dimanche, les joueurs ne sont pas obligés d'aller visiter le township: qu'allez-vous faire?
"Moi j'y vais! Je pense que c'est un devoir pour tout le monde. Tout le monde a hâte de découvrir les Sud-africains et de voir leur mode de vie".

Que pensez-vous de votre vie en vase clos avec les Bleus?
"Ca fait un peu de bien d'être tous ensemble, d'être coupés de tout. On aura le temps de s'entraîner devant les gens d'ici au 11 juillet".

D'ici au 11 juillet...
"Oui, d'ici au 11 juillet (jour de la finale, ndlr)."

Que pensez-vous du système en 4-3-3 ?
"Tout le monde est content dans ce système -ce n'est pas qu'on n'était pas content dans le système avant- et ça nous donne encore plus d'envie d'en faire encore plus".

Un joueur comme Gourcuff semble pourtant avoir des difficultés...
"Il est dans un rôle différent. Dans ce système, il va lâcher plus vite le ballon, moins prendre le jeu à son compte".

Trois semaines, est-ce suffisant pour travailler un nouveau système ?
"Oui, en trois semaines, on l'a fait avec Arsenal, on jouait en 4-4-2, et après le départ de joueurs, on est passé au 4-3-3, et on l'a fait durant le stage en Autriche."

Il y a beaucoup de critiques sur l'équipe de France, les acceptez-vous ?
"J'en accepte beaucoup. Notamment sur mes centres (rires). Ca ne fait que me pousser à travailler, ce ne sont que des bonnes critiques".

AFP