Rabah Saâdane - Coupe du monde 2010
L'entraîneur de la sélection d'Algérie Rabad Saâdane | AFP - PHILIPPE DESMAZES

Saâdane: "Rien à perdre et tout à gagner"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'Algérie, Rabah Saâdane, dédramatise avant l'entrée de son équipe dans le Mondial contre la Slovénie, dimanche à Polokwane (groupe C), en assurant que les siens n'ont "rien à perdre et tout à gagner" contre un adversaire qu'il désigne comme favori.

Djebbour est-il remis ?
"Concernant l'effectif, pour l'instant tout va bien. On décidera demain (dimanche) à 11h00 qui va jouer aux postes d'avant-centre et de milieu droit."

Les blessures n'ont-elles pas trop gâché votre préparation?
"Ca m'a fait plaisir de voir les joueurs si motivés, on a mis tous les moyens pour arriver ici, et on est prêt. Tout n'est pas parfait, à cause des blessures, certains joueurs ne sont pas à leur meilleur niveau. Mais on va combler ces défaillances par la motivation et l'engagement."

Ce match oppose les deux équipes les moins fortes du groupe, êtes-vous d'accord, et cela rend-il encore plus important ce match ?
"Tout à fait, je peux dire que la Slovénie a un très bon collectif, une stabilité extraordinaire: ils jouent ensemble depuis plusieurs saisons. C'est une équipe qui nous est certainement supérieure, ça ne me dérange pas, j'ai dit que nous étions en apprentissage, nous n'avons rien à perdre et tout à gagner. La pression est surtout sur notre adversaire."

Vous allez jouer défensif ?
"A partir de ce que je viens de dire, je pense que les choses sont claires... Nous allons mettre en place une tactique en fonction de nos capacités actuelles et en fonction de l'adversaire. Hier (vendredi), l'Afrique du Sud et l'Uruguay, considérées comme plus faibles que leurs adversaires, l'ont fait. On va jouer globalement de la même façon."

Avez-vous peur pour vos proches si l'Algérie s'incline demain ?
"Ca c'est un fantasme... Vous faites allusion à 1986 (il était sélectionneur de l'équipe éliminée au 1er tour du Mondial), nous sommes en 2010, l'Algérie a énormément changé. Les Algériens sont déjà très contents d'être revenus parmi les 32 meilleures équipes, on est en train de faire notre apprentissage. Je pense sincèrement que, quel que soit le résultat, un Algérien honnête doit comprendre que nous avons une équipe d'avenir. Si je suis revenu à la tête de l'équipe nationale, c'est pour servir. On a même dépassé l'objectif (en étant au Mondial, ndlr). Je connais le foot et l'ingratitude, on n'en est pas là, il faut se donner sur le terrain sans se poser de question, moi je ne m'en pose aucune."

AFP