Dilma Rousseff
Dilma Rousseff | AFP

Rousseff confiante sur la sécurité

Publié le , modifié le

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a affirmé mardi que le Brésil était prêt pour assurer la sécurité des Brésiliens et des étrangers qui viendront assister à la Coupe du monde alors que les manifestations sont devenues une constante dans le pays.

"Le Brésil est préparé pour assurer la sécurité de ses citoyens et des visiteurs. L'investissement du gouvernement dans les secteurs de la sécurité et de la défense totalise 1,9 milliards de réais (800 millions de dollars)", a  indiqué Mme Rousseff lors d'une visite dans l'Etat du Piaui (nord-est).

La chef de l'Etat a cité à titre d'exemple, l'installation de centres intégrés de commandement et contrôles dans les 12 villes hôtes, le renforcement des contrôles des points d'entrée dans le pays et des systèmes destinés à  améliorer la sécurité des routes. Le Brésil espère recevoir 600.000 touristes étrangers pendant le Mondial (du 12 juin au 13 juillet) qui s'ajouteront aux trois millions de Brésiliens qui se déplaceront dans le pays. La Fédération internationale de football (Fifa) a invité la police à empêcher les manifestations violentes dans le pays, à moins de quatre mois du début de la Coupe du Monde. Le 6 février dernier, un caméraman de la chaîne de TV Bandeirantes, Santiago Andrade, a été mortellement atteint à la tête par une fusée de feu d'artifice lancée par un manifestant lors d'un défilé contre la hausse du ticket de bus à Rio de Janeiro. Après ces incidents, le gouvernement brésilien a indiqué qu'il préparait un projet de loi pour punir les actes de vandalisme commis pendant les manifestations. Parallèlement, le Parlement débat d'un projet de loi anti-terroriste qui durcit les sanctions pour les actes de vandalisme et dommages au patrimoine public.

En juin dernier, une fronde sociale avait secoué le pays en pleine Coupe Fifa des Confédérations : les manifestants, une majorité de jeunes, demandaient  l'amélioration des services publics et critiquaient les sommes colossales engagées dans la construction des stades. Selon un sondage diffusé ce mardi, 85,4% des Brésiliens pensent que de nouvelles manifestations auront lieu pendant la Coupe du monde. Toutefois, 82,9% affirment qu'ils n'y participeront pas.

AFP