Ribéry sort de son silence

Ribéry sort de son silence

Publié le , modifié le

A la veille du premier match de l'équipe de France dans la Coupe du monde contre le Honduras, Franck Ribéry est sorti de son silence. "Je ne voulais pas me faire injecter de la cortisone par le médecin français", a-t-il expliqué à l'agence allemande SID. "Je sais que ce n'est pas bon", a-t-il ajouté, affirmant par ailleurs ne pas avoir "peur des piqûres". La peur des piqûres, c'était justement l'une des rumeurs expliquant sa longue indiponsibilité depuis le début du rassemblement des Bleus à Clairefontaine. De tels propos pourraient avoir des répercussions sur l'équipe de France et son staff, à l'aube de leur entrée dans la compétition. Car l'un des leaders des Bleus met clairement en doute le bienfait du traitement proposé par le corps médical de l'équipe de France.

Est-ce la première ombre au-dessus de la tête de l'équipe de France au Brésil ? Alors que toute la préparation s'est bien passée (hormis les forfaits de Ribéry et Grenier), que l'équipe se trouve à la veille de jouer son premier match du Mondial contre le Honduras, Franck Ribéry a décidé de parler. Il avait été plutôt très silencieux depuis le début du stage, et encore plus depuis l'officialisation de son forfait. Dans une interview écrite à l'agence allemande SID, le milieu de terrain du Bayern Munich a expliqué les raisons de sa longue indisponibilité et de l'échec des soins. "Je n'ai pas peur des piqûres. Mais je ne souhaitais pas me faire injecter  de la cortisone par le médecin français. Je sais que ce n'est pas bon", a -t-il dit. "Vous pouvez me croire, mais ma carrière va continuer après", a insisté  Ribéry, dans une allusion aux effets néfastes qu'aurait pu avoir la cortisone  selon lui.

Un produit du Dr Muller-Wohlfahrt interdit en France​

Ces déclarations vont certainement poser des problèmes à l'encadrement de l'équipe de France. Car le Munichois prend clairement fait et cause en faveur du médecin de son club, le Dr  Müller-Wolfhart, dont le protocole de soins à base d'injection avait été mis en cause par le médecin de l'équipe de France. Et il le fait aux dépens de celui des Bleus: "C'est injuste. Je ne peux pas accepter qu'on fasse des reproches au Dr.  Müller-Wohlfahrt. Je suis depuis sept ans au Bayern et j'ai une confiance  totale en 'Mull' (le surnom de Müller-Wohlfahrt en Allemagne, ndlr), il m'a  toujours aidé. Il fait les choses correctement. Sans lui je ne sais pas si je  jouerais au football comme je le fais. Il en va de même pour Arjen Robben  (attaquant du Bayern et des Pays-Bas). Il a été si souvent blessé et il doit à  Müller-Wohlfahrt de pouvoir à présent jouer sans problème et d'avoir démarré de  manière aussi sensationnelle le Mondial. Ca on le doit - et beaucoup d'autres  joueurs aussi - à Müller-Wohlfahrt." Il faut d'ailleurs noter que cette interview est passée par l'intermédiaire du club bavarois.

Ribéry souligne aussi que "Müller-Wohlfahrt avait transmis (à l'équipe de  France) tous les documents au sujet de (sa) blessure, il avait aussi proposé de  (le) soigner à nouveau. Ca a été refusé" . Vendredi, le Dr Muller-Wolfhart avait délivré un communiqué où il expliquait notamment que "le traitement aux infiltrations à  l'Actovegin" (produit à base de sang de veau déprotéiné), dont il s'est fait  une spécialité, est "explicitement autorisé par l'Agence mondiale antidopage". Mais ce produit est interdit en France. 

Le précédent Vieira à l'Euro 2008

En 2008, ce même médecin, indiqué par Willy Sagnol à Patrick Vieira, avait été au coeur d'une petite affaire. Le milieu de terrain français, blessé à la cuisse gauche et désireux de rejouer très vite, l'avait contacté et ce dernier lui avait proposé une piqûre d'Actovégin. Mais le médecin de l'équipe de France d'alors, Jean-Pierre Paclet, avait refusé un tel traitement. Vieira avait alors dénoncé "des incohérences sur  l'estimation de la blessure et sur les traitements donnés" la veille du match de l'équipe de France contre l'Italie. A l'issue du tournoi, le Dr Paclet avait quitté la sélection.

Franck Ribéry prend clairement le parti de son club. A-t-il été poussé par le Bayern à s'exprimer sur le sujet ? En tout cas, il a choisi un moment qui pourrait faire du tort à l'équipe de France, car ces paroles vont certainement créer une "affaire" dont Didier Deschamps se serait bien passé. Interrogé sur cette sortie en conférence de presse, Didier Deschamps a refusé de s'exprimer: "Vous pensez que je vais répondre à cette question? Bah non. On a un match à préparer et Franck Ribéry  n'est pas là. Je suis pris par autre chose, la compétition demain." Après avoir été au coeur d'un feuilleton tout au long de la préparation, Ribéry le sera-t-il encore au Brésil, malgré son absence ?

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze