Kim Jong-Hun corée nord entraîneur 072010
Kim Jong-Hun | AFP-Schmidt

Qu'est devenu l'entraîneur nord-coréen ?

Publié le , modifié le

Un mois jour pour jour après la fin du Mondial et le sacre de l'Espagne, les nouvelles de l'équipe de Corée du Nord ne sont guère rassurantes... Ce n'est autre que le président de la FIFA, Sepp Blatter, qui a demandé des explications aux dirigeants nord-coréens après des informations selon lesquelles l'équipe nationale aurait subi des humiliations à son retour du Mondial. Pire encore et inimaginable en 2010, l'entraîneur aurait été condamné aux travaux forcés !

Si la défaite 2-1 face au Brésil avait été héroïque, celle contre la Côte d'Ivoire (3-0) et surtout celle face au Portugal (7-0) n'a visiblement pas été du goût des dirigeants nord-coréens. Selon Radio Free Asia, l'entraîneur Kim Jong-hun aurait été jugé coupable de "trahison de confiance" envers le régime stalinien. Kim Jong-hun aurait été convoqué le 2 juillet dernier au palais de la culture du peuple lors d'un procès public, rapporte le Daily Telegraph. Tous les joueurs hormis Jung Tae-se et An Yong-ak qui évoluent tous deux au Japon, auraient été accusés lors de ce pseudo-procès de manquement à la "lutte idéologique".

En face d'eux, pas moins de quatre cents dignitaires dont le ministre des sports, Park Myoung-choul, des journalistes, des officiers et des étudiants les auraient humilié pendant six heures. Les joueurs auraient notamment été forcés de témoigner à charge contre le sélectionneur. La Corée du Nord ne badine pas avec la fierté nationale, et a sans doute oublié qu'il y a quelques mois, ce même Kim Jong-hun était célébré comme un héros après avoir qualifié son pays pour la phase finale du Mondial... A la suite du pseudo-procès, le coach aurait été exclu du Parti des travailleurs (le seul parti au pouvoir) et privé des privilèges conférés aux hauts dirigeants du régime. Mais pire encore, Kim Jong-hun aurait été condamné aux travaux forcés, à raison de 14 heures de travaux par jour.

"Nous avons adressé une lettre à la Fédération de football pour savoir si les allégations avancées par les medias, selon lesquelles  l'entraîneur et certains joueurs (nords-coréens) avaient été condamnés et punis, étaient vraies", a déclaré M. Blatter. Le président de la Confédération asiatique de football (CAF), Mohamed bin  Hammam, a quant à lui rencontré plusieurs joueurs lors d'une récente visite en Corée du Nord  mais n'a eu aucune nouvelle de l'entraîneur. "Il y a eu des informations selon lesquelles quelques joueurs avaient été torturés mais je ne peux rien confirmer car je n'ai personnellement rien vu ni  entendu", a déclaré le président de la CAF. On imagine mal voir Raymond Domenech et ses 23 mondialistes traités de la sorte... Et il est surtout étonnant de ne pas entendre nos dirigeants politiques, qui se sont pourtant tous exprimés sur le feuilleton des Bleus en Afrique du Sud, évoquer ce sujet autrement plus scandaleux.

Romain Bonte