Quelle vie sans Ribéry pour les Bleus ?

Quelle vie sans Ribéry pour les Bleus ?

Publié le , modifié le

A trois jours du dernier match de préparation de l'équipe de France contre la Jamaïque à Lille, le mystère demeure autour du cas de Franck Ribéry. Si malgré tous les soins, le milieu de terrain souffre toujours de sa lombalgie, quelles sont les possibilités offertes à Didier Deschamps ?

Peut-il être remplacé dans la liste ?

L'article 29.6 du règlement de la Coupe du monde est assez flou pour  autoriser toutes les interprétations. "Un joueur de la liste définitive ne  pourra être remplacé que s'il a été gravement blessé au plus tard 24 heures  avant le premier match de son équipe (...) De tels remplacements doivent être approuvés par la Commission médicale de la Fifa après réception et acceptation d'un certificat médical détaillé (...) La Commission médicale de la Fifa  approuvera la demande si la blessure est suffisamment grave pour empêcher le  joueur de participer à la compétition". Sur le papier, un remplacement est donc  loin d'être automatique, une lombalgie n'entrant pas forcément dans la  catégorie des "blessures graves". Deschamps l'a d'ailleurs avoué mercredi: "Il  n'y a pas 100% de réussite". Mais une source à la Fédération internationale  interrogée par l'AFP a insisté sur la notion "d'incapacité de jouer", ce qui  est le cas de Ribéry, dans l'impossibilité pour le moment de s'entraîner  normalement avec ses coéquipiers et dont le dernier match remonte au 17 mai  (finale de la Coupe d'Allemagne). Le risque de se retrouver à 22 au Brésil apparaît donc assez mince, même s'il ne peut être totalement écarté. La situation de Ribéry est d'ailleurs loin d'être isolée puisque la Belgique a obtenu le droit de changer de 3e gardien mardi, au lendemain de la livraison  des listes à la Fifa.

Par qui le remplacer dans la liste ?

En cas de défection de Ribéry, les deux réservistes Rémy Cabella et  Alexandre Lacazette apparaissent comme les prétendants légitimes à une place  dans la liste des 23, le Montpelliérain étant l'option N.1. Le fait que Cabella  (24 ans, 1 sélection) ait été l'unique réserviste à avoir eu du temps de jeu  contre la Norvège (4-0), le 27 mai au Stade de France, est en soi un indice. Polyvalent en attaque et auteur d'une belle saison sur un plan personnel (14  buts, 5 passes décisives) malgré les difficultés de son club, il peut rêver  d'une apothéose au Brésil. Lacazette (23 ans, 2 sélections) a également  effectué le meilleur exercice de sa carrière à Lyon (15 buts) et a déjà un  petit passé en Bleu puisqu'il avait été convoqué pour la tournée en Amérique du  Sud (Brésil, Uruguay) en juin 2013. Mais il n'avait guère convaincu, ce qui  pourrait peser dans la balance. Rien n'oblige cependant le sélectionneur à  puiser dans les recalés pour suppléer "Francky", comme l'indique l'article 26.9  du règlement de l'épreuve ("Les joueurs pouvant remplacer un joueur blessé ne  doivent pas forcément faire partie de la liste des joueurs à libérer").  Deschamps est libre de choisir qui il veut mais il est peu probable qu'il  déroge à sa ligne de conduite et en vienne à cette extrémité. Une chose est  sûre, Samir Nasri, non retenu pour des raisons extra-sportives, peut, lui,  continuer ses vacances...

Comment le remplacer dans le onze ?

Plusieurs cas de figure sont possibles. Si "DD" ne modifie pas son  animation offensive, Antoine Griezmann (23 ans) fait figure de favori pour occuper le côté gauche dévolu habituellement à Ribéry. Buteur contre le  Paraguay pour sa 3e sélection, le joueur de la Real Sociedad commence petit à petit à prendre ses marques en bleu. Loïc Rémy (27 ans, 24 sélections, 5 buts),  titulaire face aux Guaranis, est une alternative, malgré une certaine maladresse devant le but constatée dimanche. Rapide, capable d'occuper tous les postes en attaque, il a aussi une belle carte à jouer à l'issue d'une saison  plutôt réussie avec Newcastle (14 buts en Premier League). Deschamps pourrait également être tenté d'associer Olivier Giroud et Karim Benzema, et changer ainsi de système avec un Mathieu Valbuena en position de meneur de jeu. Le Gunner est plutôt en forme (doublé contre la Norvège) et a le sens du collectif. Seul hic: son association avec le champion d'Europe madrilène n'a jamais donné de résultats probants.

AFP