Nigeria team
Les Super Eagles du Nigeria | AFP

Que vaut le Nigeria ?

Publié le , modifié le

Au lendemain de la qualification de l'équipe de France pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde 2014, la satisfaction est de rigueur. Les hommes de Didier Deschamps ont rempli la mission de terminer premiers du groupe E, et évitent ainsi l'Argentine au prochain tour. Mais est-ce vraiment une bonne affaire d'affronter le Nigeria, 44e nation mondiale, pour une place en quarts de finale ?

Avec un match nul, une victoire, et une défaite, les Super Eagles ne se présenteront pas en favoris face à la France. Mais les Bleus qui ont été tenus en échec par une équipe de l'Equateur réduite à dix, auraient bien tort de prendre de haut les coéquipiers d'Eneyama. Si l'on se penche sur les précédents affrontements, on constate d'abord que la France n'a rencontré qu'une fois le Nigeria. Cette unique rencontre était un match amical, et, la défaite (1-0) en juin 2009 à Saint-Etienne, devrait permettre au sélectionneur de rappeler à tous que le ticket pour les quarts est encore loin d'être acquis...

La muraille Enyeama

D'abord, les Français sont les mieux placés pour savoir que le dernier rempart des Super Eagles, Vincent Enyeama possède au moins autant de qualités que Dominguez, le portier équatorien. Auteur d'une brillante saison avec Lille (dont une période d'invincibilité de 1062 minutes), Enyeama aurait pu, ou dû être désigné meilleur gardien de L1. Les meilleurs attaquants du championnat se sont tous cassé les dents sur le gardien de Lille, et le quadruple Ballon d'Or Messi, s'est lui-même rendu compte qu'Enyeama était extrêmement efficace dans ses cages. Si au final, Eneyama a encaissé trois buts (3-2) face à l'Albiceleste, dont un doublé de Messi, le score aurait sans doute été différent dans une rencontre à élimination directe...

Musa règne devant les buts

L'attaquant du Nigeria, Musa
L'attaquant du Nigeria, Musa

En dehors du gardien, les hommes de Stephen Keshi peuvent aussi compter sur une attaque de qualité. Auteur d'un doublé face à l'Argentine, Musa affole souvent les défenses adverses sur son côté droit. Du haut de ses 1,70m, l'attaquant du CSKA Moscou sait remuer les blocs défensifs et peut convertir à tout moment une balle de but. Avec trois tirs cadrés pour un doublé, Musa représentera un danger de taille pour la défense française. Le joueur de Fenerbahçe Emenike, qui joue dans  l'axe, a pour sa part démontré face à la Bosnie (succès 1-0), que sa puissance pesait lourd.

Une défense compacte mais friable

Il existe toutefois un point qui n'aura sûrement pas échappé au staff tricolore. Si il y a bien un travail de repli défensif effectué par les Nigérians, celui-ci a montré ses limites face à une attaque comme celle de l'Argentine. L'explosivité des attaquants français devrait donner des sueurs froides aux grands gaillards que sont les Ambrose, Yobo, Omuero et Oshaniwa. Giroud qui n'a pas débuté face à l'Equateur, devrait être extrêmement précieux face à cette défense qui s'est montrée peu à l'aise dans le domaine aérien. A voir le sourire affiché par Deschamps après le match contre l'Equateur, l'optimisme est de rigueur, mais la prudence devra s'imposer.

Romain Bonte