Pogba France Biélorussie
Paul Pogba manque le but face au gardien biélorusse | FRANCK FIFE / AFP

Quand Pogba en fait trop et Griezmann pas assez...

Publié le , modifié le

Sans jus ni ressort, Antoine Griezmann n'a été que l'ombre du meilleur joueur du dernier Euro, lors du nul concédé par l'équipe de France au Belarus (0-0), mardi à Borisov, où Paul Pogba, obnubilé par les dribbles a été la caricature de lui-même.

Leur piètre performance respective a été le symbole inquiétant de l'incapacité des Bleus à forcer la décision, même dans un soir sans, face à un adversaire dont le 70e rang au classement Fifa témoigne de la modeste place sur l'échiquier mondial. A ce titre, la contre-performance française d'ensemble est indigne de son frais statut de vice-champion d'Europe. A la seule décharge des Bleus, l'état de forme physique était annoncé à l'avantage des Bélarusses, qui eux en sont déjà à la moitié de leur championnat, contrairement aux Français qui ont pour la plupart repris tard avec leurs clubs. C'est le cas de Griezmann, dont le manque de peps a été flagrant tout a long de la rencontre et l'a pénalisé, malgré de bonnes intentions, comme cette talonnade judicieuse vers Olivier Giroud à la 54e minute, ponctuée d'un tir croisé non cadré du Gunner. C'était la première fois que le duo, qui se trouvait quasiment les yeux fermés à l'Euro, parvenait à se montrer dangereux...

En première période, face à une équipe du Belarus comme attendu très regroupé, Griezmann a eu toutes les peines du monde à exister, sinon par des décalages sans parvenir à percer l'arrière-garde ni vraiment combiner avec Giroud ou Anthony Martial. Son second acte fut meilleur, mais "Grizi" n'a pas réussi à trouver la solution malgré un coup franc bien exécuté et repoussé par le gardien (58e). On était au coeur de sa bonne période et il allait bien finir par le marquer ce but, pensait-on côté français. Mais un coupable laxisme l'en empêcha sur sa reprise complètement ratée, après un bon décalage d'Ousmane Dembélé (74e), tandis qu'il ne s'appliquait pas assez pour centrer vers Kevin Gameiro (84e) obligé de tenter un retourné perdu d'avance.

Pogba, danger pour les Bleus

Si le meilleur buteur du championnat d'Europe a déçu faute de trop de choses, son partenaire Paul Pogba a lui encore une fois fait étalage de tout ce qui peut le rendre agaçant lorsqu'il prend les matches à l'envers. Le mirage de Bari où il avait été crédité d'une performance encourageante, avec deux passes décisives à la clé, s'est vite évanoui dans la fraiche nuit de Borisov. On pourra surtout lui reprocher de ne pas avoir sauvé sa pâle copie - et les Bleus de ce nul indigne - sur cette occasion franche de la 74e minute, lorsqu'il hérita du ballon juste devant le second poteau adverse pour l'envoyer en six mètres. Mais l'action n'a fait que symboliser l'art qu'il a de parfois, pour ne pas dire souvent, jouer la mauvaise partition jusqu'au bout. Ses dribbles, presque toujours inutiles, ont plombé le jeu déjà balbutiant et sans idée de son équipe.

Pourtant, une fois de plus, Didier Deschamps lui a donné l'occasion de s'exprimer sur son côté gauche, comme José Mourinho a décidé de le faire en ce début de saison à Manchester United. Cela n'a rien donné de vraiment bon face au Belarus et on peut imaginer que même placé à droite, sa prestation n'aurait guère été meilleure, et indigne d'un joueur valant 105 millions d'euros. Au final Pogba aura davantage mis en danger les siens par des pertes de balle, qu'inquiété les Bélarusses par ses tirs lointain qui ont trahi le manque de solutions côté français.. Pour lui comme pour Griezmann, il va vite falloir revoir leur copie.

AFP