Howard Webb arbitre carton jaune Mondial 2010
L'arbitre anglais Howard Webb | AFP - François-Xavier Marit

Quand le ballon ne tourne plus rond

Publié le , modifié le

Entre la démission du président de la Fédération française de football Jean-Pierre Escalettes, la détermination affichée de Fabio Capello à rester à la tête de la sélection anglaise et la polémique sur l'arbitrage vidéo, le Mondial sud-africain aura encore connu une journée agitée.

Escalette capitule

Si l'année 2010 avait bien commencé pour Jean-Pierre Escalettes, grâce à la désignation de la France comme pays organisateur de l'Euro-2016, le Mondial aura sonné le glas de son règne à la tête de la Fédération française de football. Après les mauvais résultats sportifs et l’attitude déplorable de l’équipe de France en Afrique du Sud, les voix demandant sa démission se sont faites chaque jour plus nombreuses … jusqu’à ce lundi où Jean-Pierre Escalettes a finalement cédé et donné sa démission. Arrivé à la tête de la FFF en janvier 2005, il paie aujourd’hui la gestion calamiteuse des Bleus ainsi que son soutien sans faille à Raymond Domenech pourtant largement contesté. Reste maintenant à savoir si cette démission sera acceptée par le Conseil Fédéral le 2 juillet prochain. Mais à ceux qui pensent que tout ce remue-ménage va offrir une véritable bouffée d'oxygène au football français, il faut raison garder. Le nouveau dirigeant ne pouvant qu'être issu du Bureau de la FFF (Frédéric Thiriez, Fernand Duchaussoy, Noël Le Graët, Christian Teinturier, Gervais Martel, Jacques Léger, Bernard Desumer, Henri Monteil), il faudra sans doute attendre pour une nouvelle forme de gouvernance.

Capello résiste

Lors d'une réunion avec les responsables de la fédération (FA), le sélectionneur de l’Angleterre Fabio Capello a fait part de son intention de "rester" et ce en dépit de l’élimination de son équipe par l’Allemagne (4-1) en 8e de finale. Le Suédois Sven Goran Eriksson, qui avait occupé le poste entre 2001 et 2006, avait dû quitter l'Angleterre sous les huées après l'avoir menée deux fois en quart de finale mondiale, en 2002 et 2006. Dans les conditions actuelles, Capello pourra-t-il résister ? Pas sûr. D’autant que le soutien à son encontre est plutôt ambigu. Le porte-parole de la fédération Adrian Bevington a fait part de l'intention de son organisation de "prendre du recul" avant de prendre une décision "dans deux semaines". Les critiques et le mécontentement des joueurs eux-mêmes ne devraient pas aider l’ex "Fabulous Fab" à préserver sa place bien longtemps. Preuve en est, la presse anglaise s’est d’ores et déjà lancée dans les paris quant à l’identité du remplaçant de Capello. Redknapp et Hodgson seraient, selon elle, en bonne position.

La vidéo divise

Rien de mieux qu’une bonne polémique sur l’arbitrage vidéo pour mettre un peu d’animation. Un but refusé à l'Anglais Lampard contre l'Allemagne, alors que les images montraient que la balle avait rebondi loin derrière la ligne, et un but hors-jeu accordé à l'Argentine contre le Mexique ont fait ressurgir un débat qui suscite depuis des années déjà de vives réactions. Du côté contre, on retrouve - comme c'est bizarre ! - Sergio Romero, gardien de l’Argentine : "D'après moi, la technologie n'est pas bonne pour le football. Le foot a besoin de gens éveillés. Si on met une puce électronique dans le ballon, on enlève la malice à de grands joueurs. Le foot, c'est pour les malins, par pour la technologie". Même son de cloche - comme c’est étrange ! - du côté du milieu défensif allemand Sami Khedira :"Je suis très content de la situation actuelle, le football est un sport d'émotions, il faut conserver ces émotions". De son côté, la Fifa a décidé de rester muette.

Et pendant ce temps-là ...

En Afrique du Sud, cinq employés d'un hôtel cinq étoiles à Phokeng, ville qui abrite le stade de Rustenburg (nord), ont été condamnés à trois ans de prison ou une amende de 6000 rands (640 euros) pour avoir volé à l'équipe d'Angleterre de l'argent, des maillots et une médaille en or de la Fifa.
A Hong-Kong, la police a annoncé le démantèlement d'un réseau de paris clandestins autour du Mondial de football. Au cours des perquisitions, des documents portant sur 32 millions de dollars de paris ont été saisis.
A Cuba, les habitants de la capitale peuvent désormais vivre la "fièvre" du Mondial sur grand écran, grâce à un cinéma qui diffuse, depuis les huitièmes de finale, les matches dans sa salle de 1500 places.

Isabelle Trancoën