Mondial 2018 : à côté de Messi, l'Argentine cherche son attaque

Mondial 2018 : à côté de Messi, l'Argentine cherche son attaque

Publié le , modifié le

Sur le papier, l’Argentine possède l’une des meilleures attaques au monde. Mais son entraineur Jorge Sampaoli cherche encore la solution idéale. Cinquième de la zone Amérique du Sud avec un point d’avance sur le Chili, l'Albiceleste n'est pas sûre de se qualifier pour la Coupe du monde 2018. Et à quelques heures d'un match capital face au Pérou, une question se pose : qui pour accompagner Lionel Messi sur le front de l'attaque ?

Ce n'est pas une nouveauté, la richesse du secteur offensif argentin a toujours fait pâlir d'envie plus d'un. Mais la question de savoir qui devrait le constituer n'a  pas encore trouvé de réponse. En dehors de Lionel Messi, aucune évidence ne se dégage. En quatre matches disputés depuis sa prise de fonction, l'actuel sélectionneur Jorge Sampaoli, a déjà utilisé trois attaques différentes. Messi- Higuain-Dybala contre le Brésil (1-0). Gomez-Correa-Dybala contre Singapour (6-0) et Messi-Icardi-Dybala contre l'Uruguay (0-0) et le Vénezuela (1-1). Durant ces rencontres, le joueur de Barcelone n'a inscrit aucun but. Pire, il a du mal à combiner avec ses coéquipiers.  Les supporters et les journalistes argentins sont eux-mêmes incapables de dire qui devrait être aligné aux côtés de leur vedette. A tel point que plusieurs choix du sélectionneur sont contestés. 

Gonzalo Higuain, l'indésirable

A titre d'exemple, Gonzalo Higuain, n'a pas été retenu pour les deux matchs capitaux que s'apprêtent à disputer le pays de Diego Maradona. Il ne l'avait pas été non plus face au Vénézuela et à l'Uruguay. Un choix qui fait débat au vu de ses bonnes performances en club.

Gonzalo Higuain
Gonzalo Higuain

Paolo Dybala, le sacrifié

Quant à Paolo Dybala, il a encore du mal à trouver une place en sélection, et l'entente avec Messi n'est pas la meilleure sur le terrain. "Ce que je vais dire peut paraître étrange, mais c'est difficile pour moi de jouer avec Messi parce que nous jouons dans la même position, avait-il expliqué le mois dernier. Mais j'essaie toujours de respecter son espace et de l'aider pour qu'il soit dans les meilleures conditions." Selon Sampaoli, ce n’est pas une question de tempérament mais de complémentarité. La star du FC Barcelone et celle de la Juventus Turin ne sont tout simplement pas compatibles.

En tout cas pas à court terme, vu l’urgence de la situation. "On n’a pas le temps de travailler sur cette relation, on va devoir aller vers quelque chose de plus concret", a-t-il déclaré en conférence de presse. Les deux joueurs évoluant à peu près dans la même position, le sélectionneur argentin va donc en sacrifier un. Et ce ne sera évidemment pas le quintuple Ballon d’Or. "Leo doit pouvoir bouger sur le terrain comme il le fait en club", a-t-il développé, remettant à plus tard d’éventuels ajustements qui pourraient permettre au n°10 blaugrana d’évoluer aux côtés du créateur bianconero. Face au Pérou et à l’Equateur, l’attaquant du Barça devrait, du coup, avoir carte blanche, a priori dans un 4-2-3-1. "Parce qu’on a besoin de points et qu’il est vital dans la surface et à la finition."

Paolo Dybala
Paolo Dybala

Dario Benedetto, le choix du peuple

En Argentine, il existe un autre débat. Icardi ayant été titulaire lors des deux dernières rencontres sans convaincre, plusieurs personnes militent pour qu'il cède sa place à Dario Benedetto, l'attaquant du Boca Juniors. Selon un sondage réalisé par le journal argentin Olé, 80% des lecteurs souhaitent que l'actuel meilleur buteur du championnat national (5 buts en 4 journées) soit titularisé à la place d'Icardi. Jorge Sampaoli a donc l'embarras du choix. Aucune erreur ne lui sera pardonnée, surtout que l'Argentine, double championne du monde en 1978 et 1986 n'a plus manqué un mondial depuis 1970.

Dario Benedetto
Dario Benedetto