Qatar 2022: une enquête contre Vinci classée sans suite

Qatar 2022: une enquête contre Vinci classée sans suite

Publié le , modifié le

L'enquête préliminaire visant le géant du BTP Vinci, ouverte après une plainte de l'association Sherpa pour "travail forcé" et "réduction en servitude" sur les chantiers du Mondial-2022 au Qatar, a été classée sans suite, a indiqué le parquet de Nanterre à l'AFP mardi.

L'ONG, qui s'est fixée pour but de défendre les populations victimes des crimes économiques, avait déposé en mars 2015 une plainte contre Vinci Construction Grands Projets et sa filiale au Qatar pour "travail forcé", "réduction en servitude" et "recel" sur les chantiers du Mondial-2022.

Assurant avoir réalisé une enquête sur place, Sherpa avait fait état de confiscations de passeports et de menaces proférées à l'encontre de ces travailleurs migrants pour les dissuader de réclamer une amélioration de leurs conditions de travail.

Vinci soulagé

Le groupe Vinci s'est félicité de la décision du parquet intervenue le 31 janvier, rappelant qu'il "s'attache non seulement à respecter le droit local du travail et les droits fondamentaux, mais aussi à faire progresser en permanence les conditions de travail et de vie de ses salariés, au Qatar comme partout dans le monde".

Vinci a également souligné que les divers experts et observateurs ayant eu accès aux chantiers "ont pu constater que les collaborateurs de sa filiale Qatari Diar Vinci Construction (QDVC) bénéficient d'un libre accès à leur passeport et (que) les temps de travail et de repos sont strictement observés". L'association Sherpa, jointe par l'AFP, n'a pas réagi dans l'immédiat.

Un accord signé en novembre

Face aux accusations portées par Sherpa, Vinci avait déposé plainte pour diffamation et entamé une autre procédure pour atteinte à la présomption d'innocence. Dans ce dernier volet, le géant du BTP a été débouté en février 2016. En novembre 2017, Vinci et QDVC ont annoncé avoir signé un accord garantissant un minimum de droits aux travailleurs étrangers employés dans le bâtiment et les travaux publics au Qatar.

L'émirat est depuis des années dans le viseur des ONG et des syndicats au sujet des conditions de travail des quelque 2 millions de travailleurs immigrés. L'accord signé concerne "les droits de l'homme sur le lieu de travail, le logement, l'équité des conditions de recrutement et les droits des travailleurs" et s'applique à "tous les travailleurs" de QDVC, filiale détenue à 49% par Vinci et à 51% par le groupe local Qatari Diar.

Créée en 2007, QDVC emploie en direct 3.300 salariés de 65 nationalités au Qatar, dont 2.000 ouvriers, surtout des Indiens, des Népalais et des Sri-Lankais. Les contrats décrochés par le groupe sur les chantiers du Mondial représentent un montant global de 2,2 milliards d'euros, qui vont jusqu'en 2019.
 

AFP