Prandelli prend le Costa-Rica au sérieux

Prandelli prend le Costa-Rica au sérieux

Publié le , modifié le

Le sélectionneur italien Cesare Prandelli a déclaré que son équipe ne sous-estimerait pas le Costa Rica vendredi à Recife, où il redoute les conditions de jeu mêlant forte chaleur et taux d'humidité élevé.

Alignerez-vous votre gardien titulaire Gianluigi Buffon, qui avait  déclaré forfait contre l'Angleterre (2-1) en raison d'une blessure à une  cheville ?
Cesare Prandelli
: "Nous avons jusqu'à demain (vendredi) pour donner la composition de  l'équipe, et nous attendrons jusque-là pour décider qui jouera. (Andrea)  Barzagli, par exemple, a eu quelques soucis mais il n'est pas pour autant  indisponible. C'est la même chose pour Gigi (Buffon). Il s'est très bien  entraîné au cours des trois derniers jours. Il est toujours un peu enflé (à la  cheville) mais nous allons voir comment il réagit aux soins en fin de journée.  S'il s'entraîne normalement, il sera là (il jouera)."

Que pensez-vous de votre prochain adversaire, le Costa Rica ?
C P
: "Nous connaissons depuis un moment notre programme pour la phase de  groupes, nous avons donc eu du temps pour étudier le Costa Rica. Ils ont un bon  système de jeu qu'ils ont bien intégré et sur le plan individuel, ils ont  quelques joueurs de qualité. Ils sont aussi bien organisés que les équipes  européennes et jouent comme des Sud-Américains. Ils aiment jouer dans la  profondeur et n'hésitent pas à aller au duel. On ne les sous-estimera pas. Ils  sont très complets et nous serons prêts à changer de tactique en cours de match  si la situation le demande."

Est-ce que les Costariciens auront un petit avantage en raison des  conditions de jeu et espérez-vous d'éventuelles interruptions du match pour des  pauses rafraîchissement ?
C P
: "Les équipes sud-américaines ont un avantage, pas seulement parce  qu'elles jouent et vivent ici, mais aussi, et les statistiques que nous  utilisons le montrent, ils sont plus explosifs. Les joueurs européens ont  démontré qu'ils étaient résistants, mais les Sud-Américains sont plus  explosifs. Nous savons depuis un bon moment que nous allions affronter le Costa  Rica dans ces conditions. Nous avons fait en sorte de nous mettre en  configuration, aussi (vendredi) nous n'aurons aucune excuse à faire valoir.  Quant aux pauses... Oui, j'espère. Quand vous voyez les conditions... Les  équipes ne changent pas mais les conditions, elles, changent. (Jeudi) en tout  début d'après-midi, il faisait 27°C et le taux d'humidité était de 57%. Vingt  minutes après, les nuages avaient disparu, il faisait 40°C et le taux  d'humidité était de 70%."

AFP