Paul Pogba et Antoine Griezmann
La joie de Paul Pogba et d'Antoine Griezmann | FRANCK FIFE / AFP

Pogba-Griezmann, duo de lumière

Publié le , modifié le

Les Bleus ont longtemps buté sur Vincent Enyeama et la défense nigériane. Impuissant à l’image de Giroud, les Bleus ont changé de visage après la rentrée d’Antoine Griezmann à la place du buteur d’Arsenal. Le gaucher de la Real Sociedad a fait du bien aux Bleus. Avec Paul Pogba, l’auteur du but de la délivrance, il est celui par qui est venue la lumière.

La France est en quarts de finale du Mondial. Difficilement mais elle y est. Face au Nigéria, les Bleus se sont faits peur. Mais au bout de ces 90 minutes étouffantes par moments, autant à cause de la chaleur que de la tension, ils font durer le plaisir. S’ils en sont là, ils le doivent à deux joueurs. Deux représentants de la jeune génération. Le premier a connu un début de Mondial compliqué. Paul Pogba avait la pression. Le second, Antoine Griezmann, fait partie de la rotation sans être un indiscutable. Paul Pogba, lui, était censé l'être avant le début du Mondial. Il était attendu au milieu de terrain où il devait endosser le costume de patron. Pas évident à 21 ans seulement. Malgré son talent, il a passé des heures difficiles. Le carton jaune reçu face au Honduras lui a fait goûter au banc de touche contre la Suisse.

S’il n’a jamais montré de signes d’agacement en tant que remplaçant, son retour parmi les titulaires lors du troisième match contre l’Equateur n’avait pas été probant. De la légèreté, parfois un peu trop, de la frustration un peu trop marquée. Des prestations qui lui ont valu une remise en question. Pas au sein du groupe, mais plutôt dans la presse. "Ce but a été un grand soulagement. C’est bien que ce soit Paul, a assuré Yohan Cabaye au micro de BeIn Sports. On commençait à la critiquer, injustement à mon avis. Il a répondu de la meilleure des façons". Il avait le soutien de ses coéquipiers et Didier Deschamps en le titularisant lui a prouvé qu’il croyait toujours en lui, malgré un Moussa Sissoko qui pointait le bout de son nez. Le sélectionneur sait désormais.

Au four et au moulin

Dans une première mi-temps fermée, où les Bleus ont longtemps cherché le jeu qui avait fait merveille lors des deux rencontres face au Honduras et la Suisse, Pogba a été l'un des rares à surnager. Il a tout de suite été dans le ton. Propre dans ses passes – après deux échecs, il a arrêté de chercher systématiquement au dessus de la défense -, présent en défense et dans le repli, il a été le Bleu le plus tranchant en attaque avec ses compères Blaise Matuidi et Mathieu Valbuena. Ses percées balle au pied sont toujours un régal et c’est sur l’une d’elles qu’il s’est procuré la plus belle occasion. Mais sa reprise de volée a été stoppée par Vincent Enyama (22e). Première alerte. En seconde période, c’est lui qui a libéré les Bleus. Ils ont déjoué pendant 20 minutes, laissant le Nigéria prendre confiance. Mais sa tête rageuse au second poteau, suite à un corner de Mathieu Valbuena et une sortie manquée d’Enyama, a libéré tout un peuple. Il n’en a pas rajouté dans sa célébration. Pas d’explosion de joie, juste des bras levés.

Le milieu de terrain français Paul Pogba après son but contre le Nigéria
Le milieu de terrain français Paul Pogba après son but contre le Nigéria

Ni au micro de TF1. "Je suis juste content. Il n’y a pas de mots. Tout un pays est derrière nous et nous soutient, ce but nous a libérés. Je suis content pour l’équipe et pour la France. C’est la plus belle émotion de ma carrière : marquer pour son pays dans un match important comme ça. C’est le plus beau moment de ma vie". Avec lui et Antoine Griezmann, le détonateur, Didier Deschamps a vu qu’il pouvait compter sur sa jeune génération.

Griezmann, l’éclaireur

L’association Giroud-Benzema avait fait des étincelles contre la Suisse. Mais face au Nigéria, on a cru revivre les heures sombres du duo. Celles où ils n’arrivent pas à se trouver. Sans se marcher sur les pieds pour autant - les deux joueurs ont souvent permuté -, ils n’ont jamais pu se mettre en situation dangereuse et n’ont échangé qu’une passe au cours des 45 premières minutes. A l’heure de jeu, "DD" a tranché : Giroud a cédé sa place à Antoine Griezmann. D’un coup la lumière fut. Benzema a retrouvé des jambes et l’axe et s’est enfin mis en situation dangereuse. A la 70e minute, le joueur de la Real Sociedad a parfaitement effectué le une-deux avec l’attaquant madrilène, mais Benzema a buté sur Enyama.

Jouant entre les lignes et à une touche, Griezmann a insufflé un nouveau souffle au jeu tricolore. Sa justesse technique, sa disponibilité, au contraire d’un Giroud emprunté pendant une heure, ont fait la différence. Dans les dernières minutes, il a une première balle de break, mais sa belle frappe du gauche (84e) a trouvé les gants d'Enyama. Puis dans le temps additionnel, il était encore au bon endroit pour contraindre Yobo à pousser la balle au fond de ses propres filets. Dans le duel à distance qu’il se livre face au Gunner pour une place dans le onze, Griezmann a marqué des points en vue du quart de finale.

Benoit Jourdain @BenJourd1