Deschamps conf penseur Euro
Le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps | Handout / UEFA / AFP

Pays-Bas/France - Didier Deschamps : "c'est important mais pas décisif"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps a reconnu dimanche que le match contre les Pays-Bas, lundi, était "important" dans l'optique de la qualification pour le Mondial-2018, mais "pas décisif".

De quoi faudra-t-il se méfier aux Pays-Bas ?
Didier Deschamps : "Elle a été rajeunie avec des joueurs de qualité. Elle aime avoir le ballon, attaquer, construire et elle a des joueurs pour produire ce football-là. Le secteur offensif peut créer du danger. Elle veut avoir le ballon et faire des attaques placées. C'est donc un profil de match différent que face à la Bulgarie (victoire 4-1 vendredi, ndlr)."

Dimitri Payet avait profité de l'amical aux Pays-Bas en mars (3-2) pour s'installer en bleu. Comment jugez-vous son évolution depuis cette date ?
D.D. : "Quand je le prends, je suis conscient de ce qu'il est capable de faire. Il l'avait fait avec nous épisodiquement. De là à prendre une influence aussi importante.... C'est son mérite et sa complémentarité avec les autres joueurs."

Le match de lundi sera-t-il un tournant des qualifications ?
D.D. : "C'est important mais pas décisif, pour nous et pour eux. Il y aura encore sept autres matches derrière mais c'est important parce que les deux pays sont les deux principaux candidats à la qualification directe."

Qu'attendez-vous de votre équipe ?
D.D. : "Le résultat est important mais il faut aussi répéter le contenu de vendredi, trois jours après, contre une équipe au profil différent. Le haut niveau c'est la continuité. On a besoin de points, comme les Pays-Bas ont besoin de points."

Estimez-vous que votre équipe est plus forte qu'à l'Euro ?
D.D. : "Les contextes sont différents. A l'Euro, on était dans une phase finale, là on est dans un match de qualification. On a l'expérience et le vécu de l'Euro et certains joueurs étaient là aussi à la Coupe du monde 2014. Je ne considère pas qu'on soit moins forts que durant l'Euro en France."

AFP