brésiliens joie kaka Juan Lucio 062010
Les Brésiliens célèbrent leur premier but contre le Chili | AFP-Schmidt

Pays-Bas - Brésil, la technique du contre-emploi

Publié le , modifié le

Le premier quart de finale de ce Mondial-2010 oppose deux des équipes les plus techniques de la compétition. Kaka, Robinho, Luis Fabiano d'un côté, Sneijder, Van der Vaart et Robben de l'autre, Brésiliens et Néerlandais ont de l'or aux pieds. Pourtant, depuis le début de la compétition, pas de feu d'artifice devant le but. Solides, les deux formations ont brillé par leur efficacité. Ce match couperet donnera-t-il enfin le départ du spectacle en Afrique du Sud ?

Les chantres du beau jeu incarné par Pelé ou Cruyff en sont, pour l'instant pour leur argent. Douze ans après une spectaculaire demi-finale mondiale en France, aucun des descendants des deux légendaires joueurs n'a fait feu de tout bois. C'est plutôt leur solidité qui a fait fureur (2 buts encaissés de chaque côté). N'ont-ils pas eu besoin de forcer ou ne peuvent-ils pas faire mieux ? La question se pose pour la plupart des équipes favorites avant le début du Mondial. Aux côtés des Argentins ou des Espagnols, les Brésiliens et les Néerlandais font partie des ces qualifiés dont on attend plus. Les premiers ont engrangé trois victoires et un nul, les seconds quatre victoires. Mais pas un n'a survolé outrageusement ses adversaires, même si aucun n'a eu à trembler vraiment pour atteindre ce niveau. En fait, Brésil et Pays-Bas ont accéléré quand ils ont voulu, marqué quand il le fallait, et gagné lorsque c'était nécessaire. Seront-ils capables d'en faire plus pour atteindre le dernier carré ?

Malgré les trois buts de Luis Fabiano, la Seleçao n'a pas encore trouvé la bonne carburation. Kaka monte en puissance et son implication dans le jeu est de plus en plus criante. Si virevoltant et décisif en qualifications comme avec son club de Santos, Robinho fait dans la discrétion. La solidité de la charnière Juan-Lucio et les montées offensives de Maicon et Bastos ont été les plus marquantes. Mais entre blessures (Elano, Felipe Mello) et suspension (le prometteur Ramires), l'équipe de Dunga va devoir réaffirmer sa force en milieu de terrain.

D'autant que c'est là que se trouve la force des Néerlandais. Van Bommel et De Jong pour arrêter les offensives adverses, Robben, Sneijder, Kuyt et Van der Vaart pour trouver des brèches, l'équilibre hollandais est là. Reste que la défense n'a jamais subi d'énormes affrontements en Afrique du Sud, ne passant pour autant à côté de quelques frayeurs. Mise sous pression tiendra-t-elle le choc ? Et le duel des ego aura-t-il une influence sur le groupe de Bert van Marwijk ? Une certitude cependant: depuis septembre 2008, les Oranje n'a plus connu la défaite.

Loin de leur image (passée ?) de beau jeu offensif, le Brésil et les Pays-Bas s'affrontent avec leurs qualités dans un match très ouvert. En quête de leur 6e sacre pour les uns, de leur première étoile pour les autres, les deux équipes mettront encore leur solidité en avant pour atteindre le dernier carré. Quitte à apporter un démenti à leur réputation. Mais la victoire est peut-être à ce prix.