Steven N'Zonzi
Steven N'Zonzi | FRANCK FIFE / AFP

Mondial 2018 : N'Zonzi, la sentinelle qui manquait

Publié le , modifié le

Dans une liste des 23 relativement attendue pour le Mondial en Russie, un nom est ressorti comme une surprise : Steven N'Zonzi. Avec seulement deux sélections au compteur, le milieu de Séville a pris la place d'Adrien Rabiot, pourtant souvent annoncé présent. Un choix fort de Didier Deschamps, et sans doute l'envie de bousculer certaines lignes qu'il a lui-même établies. Surtout, Deschamps choisit une deuxième sentinelle derrière N'Golo Kanté, et ajoute un profil plus défensif à un milieu déjà capable de se projeter vite vers l'avant.

Pogba, Matuidi, Kanté, Tolisso et...N'Zonzi. Derrière quatre indéboulonnables au milieu, le dernier spot était normalement promis à Adrien Rabiot. Didier Deschamps en a décidé autrement.

En sélectionnant Steven N'Zonzi, le sélectionneur a rebattu d'un coup les cartes au milieu. Avec seulement 2 sélections, son inexpérience et son maigre vécu en Bleu ne lui ont donc pas fermé les portes. En écartant Adrien Rabiot (6 sélections), pourtant présent face à la Russie en mars dernier, Deschamps a fait un choix fort : il ajoute une sentinelle à son panel du milieu, poste que ne n'apprécie guère... Adrien Rabiot, justement.  

Un pur numéro 6

Puissant, bon dans les duels et excellent dans les transmissions de balle, N'Zonzi (29 ans) est un pur numéro 6 et apportera une densité physique supplémentaire à Rabiot, meilleur en "box to box" et en projection de balle vers l'avant. 

En somme, le sélectionneur choisit un profil défensif, à même de se positionner devant un bloc bas et qui peut initier la première relance. "Une équipe ce n'est pas que des stars. Il n’a pas du génie mais il a été performant quand j’ai eu à l’utiliser en équipe de France", s'est justifié le sélectionneur. Propre et efficace, voilà ce qui a plu à Deschamps.

Surpris, le joueur qui a débuté à Amiens et passé par Blackburn et Stoke avant de rallier l'Espagne, n'imaginait pas réellement faire partie des 23. "Je ne m'y attendais pas, il y a beaucoup de bons joueurs. Je l'avais dans un coin de ma tête mais je ne m'y attendais pas", a-t-il réagi par téléphone sur la Chaîne l'Equipe.

Rabiot, le coup d'arrêt

Révélé sur le tard, N'Zonzi jouit donc d'un crédit important auprès de Deschamps malgré une maigre visibilité en France. S'il ne devrait pas jouer beaucoup derrière le quatuor appelé au milieu, le vainqueur de la Ligue Europa sera prêt à rugir en sortie de banc face à des équipes maîtres du ballon.

Pour Rabiot, c'est la douche froide. Le milieu du PSG paye ses prestations décevantes en équipe de France et sa maigre motivation à évoluer juste devant la défense. Arrivé chez les A en novembre 2016, il avait depuis fréquemment été appelé, jusqu'au dernier rassemblement en Russie. Mais une compétition requiert de faire des choix. Rabiot en a cette fois fait les frais. Mais à 23 ans, nul doute que les portes de l'équipe de France s'ouvriront à nouveau à lui. 

Théo Gicquel @@theoogicquel