Sepp Blatter, Président de la FIFA
Sepp Blatter, Président de la FIFA | AFP - ALEXANDER JOE

Népalais: La Fifa botte en touche

Publié le , modifié le

Le président de la Fédération internationale de football Joseph Blatter a estimé qu'il n'est pas du ressort de son instance de se pencher sur le droit du travail du Qatar, accusé récemment d'exploiter des travailleurs népalais.

"La Fifa ne peut pas faire d'ingérence dans le droit du travail d'un pays mais ne peut l'ignorer", a déclaré Sepp Blatter sur Twitter. Le président de la Fifa s'exprimait après un Comité exécutif. Le quotidien britannique The Guardian avait révélé la semaine dernière que 44 travailleurs népalais étaient morts sur les différents chantiers du Qatar entre le 4 juin et le 8 août. Le Qatar avait formellement démenti ces accusations. "Il n'y a pas d'esclavagisme ou de travail forcé au Qatar", avait déclaré Ali Al-Marri, président du comité national des droits de  l'Homme, qui est un comité gouvernemental. "Les informations du Guardian sont fausses et les chiffres qu'il a cités sont exagérés", avait-il affirmé.

M. Blatter a indiqué qu'il allait faire "une visite de courtoisie" pour rencontrer rencontrer le nouvel émir, cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, et "lui confirmer que la Coupe du monde se jouera bien au Qatar. J'en profiterai pour toucher deux mots  sur les conditions de travail dans ce pays", a-t-il assuré. Ces accusations "nous touche, mais ce n'est pas de la responsabilité de la Fifa. La responsabilité incombe aux lois du travail mais aussi aux entreprises qui  travaillent là-bas. Il y a beaucoup d'entreprises européennes", a ajouté Blatter.

VIDEO: Des manifestants devant le siège de la Fifa (le 3 octobre 2013)

Romain Bonte