Paolo Guerrero
Paolo Guerrero avec le Pérou durant les phases de qualification pour la Coupe de monde | ERNESTO BENAVIDES / AFP

Mondial 2018 - Pérou : Paolo Guerrero, le talisman guerrier des Incas

Publié le

Permis de chasse. La suspension du "Prédateur" Paolo Guerrero provisoirement levée, le Pérou pourra bien s'appuyer lors du Mondial 2018 en Russie sur son attaquant fétiche, l'âme de la sélection andine malgré ses 34 ans.

"La présence de Paolo nous offre une option supplémentaire en attaque et avec lui nous avons de réelles chances de passer les poules du Mondial, estime ainsi l'ex-sélectionneur Percy Rojas, interrogé par l'AFP. Avec Guerrero et Farfan nous sommes assez armés devant car ce sont deux joueurs de calibre international. Avec eux, on dispose d'une force offensive que d'autres sélections n'ont pas".

Bourré d'orgueil et de charisme, Paolo le guerrier revient pourtant de loin. Suspendu 14 mois pour un contrôle positif à un métabolite de la cocaïne, il avait vu son rêve de participation à une Coupe du monde brisé, jusqu'à ce qu'une décision du tribunal fédéral suisse le 31 mai casse provisoirement cette sanction. L'emblème, l'icône, sera donc belle et bien présente en Russie et tout le pays s'est remis à y croire du même coup après 36 ans d'absence.

Chez lui, le meilleur buteur de la sélection (33 buts en 87 capes depuis octobre 2004) représente bien plus qu'un joueur: à lui seul, il incarne les Incas. Lors de son dernier match avant sa suspension, c'est ainsi lui qui a envoyé le Pérou en barrages contre l'Australie grâce à une égalisation arrachée sur coup franc contre la Colombie en octobre. Né à Chorrillos, un quartier côtier au sud de Lima, Paolo est issu d'une famille où l'on pratique le football comme une religion.
 

AFP