michael bradley carlos vela mexique états-unis
Carlos Vela (en vert) à la lutte avec Michael Bradley | Daniel Cardenas / ANADOLU AGENCY

Mondial 2018 : les Etats-Unis contrarient le Mexique

Publié le , modifié le

Les Etats-Unis ont pris un point chez leurs voisins mexicains dans la course à la qualification pour la Coupe du monde 2018 (1-1). Le Mexique reste en tête de la zone Concacaf.

Les Etats-Unis, grâce à un coup de génie de leur capitaine Michael Bradley, ont empoché un point précieux sur la route du Mondial-2018 de football en neutralisant le Mexique (1-1) devant son public, dimanche. "Team USA" ne s'est toujours pas imposé, en match officiel, dans l'intimidant stade Azteca de Mexico, mais ce nul, huit mois après le succès du Mexique à l'aller aux Etats-Unis (2-1), avait la saveur d'une victoire pour les joueurs de Bruce Arena.

Du changement chez les Américains

Pour ce choc entre les deux poids lourds de la zone Concacaf, le sélectionneur américain avait choisi de remanier l'équipe qui avait pourtant battu jeudi Trinité-et-Tobago (2-0). Il a procédé à sept changements, laissant sur le banc des titulaires habituels, dont son gardien de but Tim Howard et ses attaquants Jozy Altidore et Clint Dempsey, pour aligner un seul attaquant de pointe, Bobby Wood, et un milieu de terrain à cinq joueurs. Il a fallu seulement six minutes de jeu pour que ce coup de poker porte ses fruits, lorsque Bradley, profitant du surnombre dans l'entre-jeu, a intercepté le ballon au milieu de terrain.

Le capitaine de Toronto, parti en contre, a déclenché un tir en rupture de 40 mètres qui a surpris Guillermo Ochoa et réduit au silence les 76.000 spectateurs du stade Azteca. "El Tri" a rapidement repris ses esprits grâce à sa star Javier Hernandez. "Chicharito" a bien failli égaliser à la 20e minute en prenant de vitesse son défenseur et Brad Guzan, mais sa reprise lobée était détournée en corner.

"Bon résultat"

Trois minutes plus tard, l'attaquant du Bayer Leverkusen, devenu fin mai le meilleur buteur de l'histoire de sa sélection, a lancé un contre et trouvé Carlos Vela. L'attaquant de la Real Sociedad a surpris la défense américaine en repiquant dans l'axe et son tir à l'entrée de la surface de réparation a trompé Guzan. En fin d'une première période très musclée, ce sont les Etats-Unis qui se sont créés l'occasion la plus nette sur un corner (39), mais Omar Gonzalez, oublié par la défense mexicaine, manquait le cadre de la tête.

Au retour des vestiaires, la rencontre perdait en intensité jusqu'à l'heure de jeu, où le prodige Christian Pulisic (60) et Kellyn Acosta (62) se présentaient dans la surface, mais ne parvenaient pas à tirer. L'occasion la plus nette était toutefois à mettre au crédit du Mexique par l'intermédiaire d'Hector Herrera, dont le coup franc s'écrasait sur la transversale de Guzan, battu (71). Bradley répondait aussitôt d'un tir de 30 m qui frappait l'extérieur du montant gauche d'Ochoa (73).

"Faire match nul ici est un bon résultat, on a fait ce qu'on avait à faire, on a appliqué à la lettre les consignes, c'est dommage d'avoir encaissé ce but sur un contre", a analysé Bradley. "C'était un match compliqué, ils nous ont mis sous pression pendant 90 minutes en nous sevrant d'espace, il va falloir s'améliorer pour les matches à venir", a prévenu Hirving Lozano.

Le Mexique garde la tête

Malgré ce nul, le Mexique qui va participer à la Coupe des Confédérations 2017 en Russie (17 juin-12 juillet), est toujours solidement installé en tête avec 14 points, tandis que les Etats-Unis sont 3e (8 pts) et ont consolidé leurs chances de décrocher l'une des trois premières places directement qualificatives pour le Mondial russe. La 6e journée se termine mardi avec les matches Panama - Honduras et Costa Rica - Trinité-et-Tobago.

AFP