cavani uruguay joie 29062013
Cavani célèbre son but | AFP

Mondial 2014: l'Uruguay en barrages ?

Publié le , modifié le

Chili et Equateur, qui s'affrontent à Santiago, sont bien partis pour décrocher l'un comme l'autre les deux derniers accessits directs de la zone sud-américaine pour le Mondial 2014 dans la nuit de mardi à mercredi. Mathématiquement, une qualification directe reste à portée de l'Uruguay qui reçoit l'Argentine, pour l'ultime journée des qualifications, mais même Cavani et sa bande pensent avant tout aux barrages.

Les Argentins, assurés de finir premiers, et les Colombiens étant déjà  qualifiés, il reste donc trois nations pour deux billets à valider, sachant que  celle qui finira 5e, pour l'heure l'Uruguay, en passera par un barrage  intercontinental contre la Jordanie (aller à Amman: 13-14 novembre, retour 20  novembre). Le Chili et l'Equateur sont en ballottage très favorable par rapport à  l'Uruguay puisqu'ils le devancent de trois points au classement. Un nul les  qualifierait donc mutuellement quel que soit le résultat de leur poursuivant  contre l'Argentine à Montevideo.

Mais si Chili-Equateur accouche d'un large vainqueur, sa victime pourrait  être doublée sur la ligne par l'Uruguay dans la seule mesure où celui-ci  battrait son voisin de la Plata. La différence de buts générale, voire le nombre de buts marqués dans la  poule entrerait alors en compte en cas d'égalité de points, puisque l'Uruguay  est pénalisé pour l'instant au regard du premier critère: -1 pour la Celeste,  contre +5 pour l'Equateur et +3 pour le Chili.

Chili-Equateur: un nul suffit aux deux 

Si ce scénario n'est pas à écarter, la probabilité d'une qualification  directe uruguayenne est très mince, de l'aveu même de son sélectionneur Oscar  Tabarez: "Il est plus que probable que nous devrons affronter la Jordanie" en  barrage. Ce repêchage probable entre le 7e et le 73e au classement Fifa, le  sélectionneur uruguayen semble d'ailleurs bien s'en contenter: "Je ne crois pas  qu'il faille considérer le barrage comme une façon indigne pour nous de nous  qualifier à la Coupe du monde. Nous sommes passés par là pour jouer la  précédente en 2010 et finir à la 4e place."

 Il est vrai que la Celeste est plutôt rompue à l'exercice, puisqu'elle a  disputé les trois derniers barrages impliquant un pays sud-américain avec deux  qualifications à la clé, en 2009 aux dépens du Costa-Rica et en 2001 au  détriment de l'Australie, qui a pris sa revanche en 2005. De fait, en se projetant déjà de la sorte, l'Uruguay ne se soucie guère de  l'éventualité d'un nul entre Chiliens et Equatoriens qui rendrait vain tous ses  efforts contre l'Argentine.

Et si personne n'envisage sérieusement le risque d'une entente suspecte  entre ces deux pays, le président de la Fédération équatorienne de football  Luis Chiriboga s'est tout de même empressé d'écarter un tel "arrangement"  dimanche sur une radio locale. Loin de tout enjeu, les deux autres matches de cette dernière journée  opposeront le Paraguay à la Colombie à Asuncion et le Pérou à la Bolivie à Lima.

AFP