Michael Garcia (Fifa)
Michael Garcia, auteur du rapport qui avait contester l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022. | AFP

Michael Garcia claque la porte de la Fifa

Publié le , modifié le

Il avait rédigé un rapport sur les conditions d'attribution des deux prochaines Coupes du monde, en Russie (2018) et au Qatar (2022). Mercredi, Michael Garcia a annoncé dans un communiqué sa démission du poste de président de la chambre d'enquête de la commission d'éthique de la Fifa. "Aucun enquêteur, aucune commission indépendante (...) ne peut changer la culture d'une organisation", a déploré l'avocat américain pour justifier sa décision.

L’ancien procureur fédéral déplore que son rapport sur la corruption au sein de la Fifa ait été rejeté par l’instance du football mondial. "Je ne suis pas d'accord avec la décision de la Commission de recours de la Fifa", écrit-il ainsi dans un communiqué envoyé par le cabinet d'avocats, où il travaille aux Etats-Unis.

"J'ai perdu confiance en l'indépendance de la chambre de jugement"

Dans ce texte Garcia a des mots très durs: "Pendant les deux premières années après mon recrutement comme président indépendant de la chambre d'enquête de la commission d'éthique de la Fifa, je pensais que (cette dernière instance) faisait de réels progrès Ces derniers mois, cela a changé."

Au point d'avoir "perdu confiance en l'indépendance de la chambre de jugement", présidée par Hans-Joachim Eckert. Ce dernier n'avait pas remis en cause l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022... Malgré le rapport de Michael Garcia.

Blatter surpris par la démission de Garcia​

Le président de la Fifa, Joseph Blatter, s'est dit "surpris" de la démission de Michael Garcia, ancien  procureur fédéral américain, de son poste de président de la chambre d'enquête  de la commission d'éthique de la Fifa. 

"Je suis surpris de la décision de M. Garcia", a déclaré M. Blatter tout en  indiquant que le travail de la commission d'éthique serait "au centre des discussions de la commission exéctive de la Fifa dans les deux prochains  jours". De son côté, le Français Jérôme Champagne, candidat à la présidence de  la Fifa a estimé que la démission de Garcia constituait "un pas en arrière".

AFP