Mondial Argentine Nigéria
La joie de Diego Maradona lors de la victoire de son équipe face au Nigéria |

Maradona: "Déçu par la France"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'Argentine, Diego Maradona, s'est déclaré surpris par les mauvais résultats de l'équipe de France, "qui dispose de très grands joueurs". Pour affronter la Grèce, il alignera son génie, Lionel Messi, toujours pas buteur: "Ce serait un péché de ne pas avoir sur le terrain le meilleur footballeur du monde." Et d'ajouter: "Ceux que j'alignerai demain devront me démontrer qu'ils sont prêts pour les huitièmes de finale."

- Il y a 16 ans, pratiquement jour pour jour, vous avez marqué aux Etats-Unis votre dernier but en Coupe du monde, précisément contre la Grèce, avant d'être exclu pour dopage. Souhaitez-vous que Leo Messi marque un même but mardi?
- "Ça me ferait vraiment plaisir qu'il fasse comme moi contre la Grèce. Je me souviens très bien de ce but, de la phase de jeu et de mon tir dans la lucarne. C'était un grand soulagement. Ce but nous avait pratiquement assuré la victoire. Oui, j'espère que Messi puisse marquer demain. Peu importe que le but soit plus beau que le mien ou pas. Je suis convaincu que Messi va finir par marquer. Et je suis sûr que lorsque nous aurons besoin de lui pour gagner un match, il sera là au rendez-vous pour faire trembler les filets."

- Pourquoi vous n'accordez pas une journée de repos à Leo Messi contre la Grèce?
- "Tout simplement parce qu'il veut jouer et que j'aime ce genre d'attitude. Nous avions pensé lui donner un jour de repos, mais ce serait un péché de ne pas avoir sur le terrain le meilleur footballeur du monde. En revanche, d'autres joueurs qui n'étaient pas titulaires lors des premières rencontres auront leur chance. Pour moi, les 23 joueurs de l'équipe doivent être capables de tout donner sur le terrain. Ceux que j'alignerai demain devront me démontrer qu'ils sont prêts pour les huitièmes de finale. Si leur rendement est bon, ils peuvent se faire une place dans le 11 titulaire."

- Pensez-vous que la "main de Dieu" ait aidé le Brésilien Luis Fabiano à marquer son deuxième but hier soir contre la Côte d'Ivoire?
- "Ce n'était pas la 'main de Dieu', mais son bras! C'était assez évident parce qu'il me semble qu'il a touché deux fois le ballon du bras. Après le but, j'ai trouvé tragi-comique le sourire de l'arbitre français Stéphane Lannoy. Quand moi j'ai marqué de la main en 1986 (contre l'Angleterre), je me souviens très bien du visage de l'arbitre. Il exprimait plein de doutes. Celui de (dimanche soir), il rigolait. Ce qui veut dire qu'il a vu la faute de Luis Fabiano, mais qu'il n'a pas jugé bon de la siffler. Nous étions à un tournant du match. A 2-0, le Brésil avait partie gagnée. Une fois encore, nous avons pu constater que le Brésil ne joue pas bien, mais qu'il parvient à gagner les matches."

- Comment expliquez-vous les bons résultats des équipes sud-américaines?
- "Notre phase de qualification est beaucoup plus compétitive qu'en Europe. Nous, nous ne jouons pas contre des équipes comme les Iles Féroé. L'Amérique du sud a envoyé ici des équipes à la hauteur de l'événement et qui sont disposées à tout donner sur le terrain. Du côté européen, j'ai été déçu par la France, qui dispose de très grands joueurs. Nous pensions que les Bleus allaient obtenir de meilleurs résultats."