Diego Godin, Uruguay
Diego Godin au duel avec Ciro Immobile | YASUYOSHI CHIBA / AFP

L'Uruguay coiffe l'Italie au poteau

Publié le , modifié le

Grâce à un but tardif de son capitaine Diego Godin sur corner (81e), l'Uruguay s'est qualifié pour les 8e de finale aux dépens de l'Italie, sa victime du jour. Réduits à dix à l'heure de jeu, les Transalpins quittent le Mondial dès le 1er tour, comme il y a quatre ans en Afrique du Sud. La Celeste, elle, réalise un nouvel exploit.

Revivez la rencontre entre l'Italie et l'Uruguay

Comme la veille dans les matches à enjeux des groupes A et B, il a fallu attendre les vingt dernières minutes pour que la rencontre entre l’Italie et l’Uruguay ne livre son verdict. Qualifiée avec un nul, la formation de Cesare Prandelli s’était jusque-là montrée intraitable dans un solide 3-5-2, étouffant le duo Cavani-Suarez grâce au trio de la Juve Barzagli, Bonucci, Chiellini. Mais à la 60e minute, Marchisio a craqué. Son contrôle est mauvais, Arevalo Rios intercepte. Emporté par son élan, le milieu turinois lui pose une violente semelle sur le genou. M. Rodriguez dégaine le carton rouge ! Cinq minutes plus tard, Luis Suarez récupère un ballon à l’entrée de la surface transalpine et expédie un extérieur du pied. Déjà décisif face au meilleur buteur de Premier League et Lodeiro en première période (32e), Buffon se couche plus vite que son ombre et le met en échec.

Godin, ce héros

Survoltée, la Celeste fait le siège du but des quadruples champions du monde. Et à neuf minutes du terme, Godin, son capitaine, récompense ses nombreux efforts. Sur un corner de Ramirez, l'homme qui a offert à l'Atletcio Madrid le titre de champion d'Espagne et ouvert le score en finale de Ligue des champions prend la direction des nuages de l'Arena das Dunas de Natal. Le ballon frappe son dos pour mourir au fond des filets de la Squadra Azzura. L'Uruguay et sa garrua charrua, grinta à la sauce locale ont encore frappé. Avant ce final heureux, les Sud-Américains s'étaient heurtés à un mur 80 minutes durant. Eprouvés par deux premiers affrontements âpres avec l'Angleterre et le Costa Rica, les partenaires d'un Ciro Immobile titulaire ont joué a minima. Seuls Pirlo sur coup-franc (12e) ou à la passe (68e) et Verratti avec ses gestes techniques et ses dribbles tranchants ont offert un peu de frisson. 

Suarez a encore mordu

Dans le camp adverse, ce n'était pas beaucoup plus flamboyant, jusqu'à l'exclusion de Marchisio. El Pistolero et El Matador neutralisés, Cristian Rodriguez a été le principal danger. Sur son flanc gauche, l'ancien parisien a secoué le jeune Darmian. S'il s'était appliqué sur sa reprise du gauche consécutive à un superbe une-deux avec Suarez, El Cebolla aurait même pu être le héros de la patrie (58e). Balayé par Bonucci dans la surface sans que M. Rodriguez n'y trouve rien à redire, Edi Cavani postulait également (50e). Mais Diego Godin a décroché le rôle. Demi-finaliste de la dernière édition, la sélection guidée par Oscar Tabarez verra une nouvelle fois les phases finales d'un Mondial. Seul nuage dans ce ciel d'un bleu céleste, le "Cannibale" Luis Suarez s'est encore laissé aller à un coup de canines sur Chiellini (80e). Un geste qu'il pourrait payer cher. Sans son serial buteur, l'Uruguay n'a pas le même visage. Demandez donc au Costa Rica...

Jerome Carrere