Cesare Prandelli portrait veste Italie 2010
Cesare Prandelli | AFP - Andreas Solaro

L'Italie veut des temps morts au Brésil

Publié le , modifié le

La Fédération italienne de football va demander que soient mis en place deux temps morts par match lors du Mondial 2014 au Brésil, en raison de la chaleur et de l'humidité, a annoncé mardi Cesare Prandelli.

"Je voudrais demander à faire deux "time out" (temps morts) durant les matches, afin que les joueurs puissent s'hydrater", a affirmé le sélectionneur italien lors d'une conférence de presse à Rome. La Fédération italienne de football (FIGC) fera cette proposition jeudi à la Fifa, à Costa do Sauipe, un complexe touristique de luxe dans l'Etat de Bahia, où se déroulera vendredi le tirage au sort des groupes du Mondial. "Il y a deux grands problèmes au Brésil - ce sont d'ailleurs les mêmes que nous avons déjà expérimentés lors de la coupe des Confédérations en juin dernier: la chaleur et l'humidité qui, dans certaines villes, sont préoccupantes", a-t-il affirmé. "Si vous voulons donner un spectacle au monde, il faut donner la possibilité aux joueurs d'être en mesure de donner ce spectacle", a ajouté le "Mister".

Cette question est "sérieuse"

Sinon, les joueurs profiteront du moindre corner, de la moindre touche, pour boire, a encore expliqué Prandelli, pour qui il serait préférable de "s'arrêter deux minutes" par mi-temps pour permettre aux joueurs de s'hydrater dans de bonnes conditions. Ce ne sont pas ces deux minutes qui "feront perdre la concentration" aux  joueurs, mais bien le manque d'eau, a encore assuré Prandelli, pour qui cette question est "sérieuse". A la question de savoir si d'autres sélections nationales allaient s'associer à sa proposition, Prandelli a répondu que "toutes celles qui avaient joué à la coupe des Confédérations en juin, au moins, devraient le faire". Il a raconté que pendant cette compétition, "huit joueurs sur onze" lui  avaient demandé en cours de partie de sortir, "ce qui est beaucoup". Répondant à une question sur les retards éventuels dans les travaux, Cesare  Prandelli a estimé par ailleurs que "le temps manquera peut-être pour que tout soit prêt à temps". "On dit toujours que le football fait des miracles, j'espère vraiment qu'il en sera ainsi dans les mois qui viennent, mais j'ai quelques doutes", a-t-il ajouté. Le Brésil s'est lancé dans une véritable course contre-la-montre pour livrer ses stades à la date butoir du 31 décembre fixée par la Fifa en vue du Mondial de football.

(AFP)

Jean Charbon