L'Italien Mario Balotelli bourreau des Allemands
Mario Balotelli (Italie). | AFP - Francisco Leong

L’Italie, les Pays-Bas verront le Brésil

Publié le , modifié le

Vainqueurs de leur confrontation face à Andorre (2-0), les Pays-Bas ont validé leur ticket pour la Coupe du Monde 2014 qui se déroulera au Brésil en juin prochain. Les Italiens, qui ont triomphé des Tchèques (2-1), sont eux aussi assurés de terminer en tête de leur groupe.

Ca, c’est un retour gagnant. Mario Balotelli, de retour de suspension « plante » le pion (54e) qui envoie la Squadra Azzura au Mondial. Pourtant, c’était mal parti pour la sélection coachée par Prandelli : à la 18e minute, Maggio et Candreva tentent de combiner côté droit mais auraient mieux fait de s’abstenir : les deux italiens se font contrer, et en trois passes, le ballon arrive devant le but de Buffon. Kozak n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets italiens. Cinq minutes plus tard, le fantasque attaquant du Milan AC expédie une énorme frappe sur la barre dans les six mètres tchèques. Patience Mario, ton heure viendra. Au retour des vestiaires, les partenaires du rugueux De Rossi enchaînent les corners. Et ça passe : à la 50e, c’est Giorgio Chiellini qui égalise d’une tête en plein milieu du but déserté par Cech. Quatre minutes plus tard, l’ancien gardien rennais va clairement déchanter quand SuperMario, lancé dans la surface par Montolivo, est fauché par le défenseur Tchèque Sellasie. A la 54e minute, Balotelli prend Cech à contrepied sur pénalty. L’Italie mène 2-1, l’Italie ne lâchera pas, l’Italie verra le Brésil. Et Michal Bilek, le sélectionneur de la République Tchèque démissionne. 

La Russie repasse devant le Portugal, la Suisse et l’Allemagne attendront

Même tarif pour les Hollandais, qui ont facilement disposé de la sélection Andorrane (0-2). Les vice-champions en titre ont validé leur ticket grâce à un doublé de l’inévitable goleador de Manchester United, Robin Van Persie.

Les Suisses, en revanche, ne sont toujours pas assurés de finir premier de leur groupe. Une victoire à Oslo contre la Norvège pouvait être synonyme de qualification si, dans le même temps, l’Islande et l’Albanie faisait match nul et si la Slovénie ne gagnait pas. Au final, la Suisse s’impose (2-0), mais l’Albanie et la Slovénie aussi. La sélection coachée par Ottmar Hitzfield attendra.

S’ils sont bien partis pour aller se dorer la pilule chez les Cariocas, les Allemands, en dépit d’une large victoire arrachée aux Iles Féroés, ne sont toujours pas officiellement qualifiés. Car plus tôt dans la soirée, les Suédois, deuxièmes du groupe à sept points des partenaires de Klose, s’imposent face au Kazakhstan grâce à un but éclair de Zlatan Ibrahimovic (1-0 après 14 secondes). 

Dans le Groupe F, les Russes, après leur victoire contre Israel, "snobent" la première place du groupe au Portugal. Les partenaires de Kerzakhov ont désormais leur destin entre leurs mains : s’ils gagnent leurs deux prochains matches, ils seront assurés de défendre leur peau au Brésil.

En revanche, dans le groupe de l’Angleterre (H), le suspense est à son comble. S’ils demeurent premiers du groupe, les Britanniques, qui n’ont pas pu ramener plus d’un point d’Ukraine (0-0), sont clairement menacés par la sélection du Monténégro, seulement distancés d’un point. Mais l’Ukraine et la Pologne n’ont pas encore dit leur dernier mot : les quatre équipes se tiennent… en quatre points.

Jean Charbon