France Chine Gourcuff Govou Toulalan 06 2020
Gourcuff, Govou et Toulalan discutent avec l'arbitre | AFP - Franck Fife

L'inquiétude gagne !

Publié le , modifié le

La Chine a battu la France 1 à 0 en rencontre de préparation des Bleus au Mondial ce vendredi à Saint-Pierre de La Réunion. Deng Zhuoxiang (68e) a marqué l'unique but du match sur coup franc. Contre la modeste Chine, située au 84e rang mondial, les Français se sont montrés très inefficaces. A une semaine du premier match de la Coupe du monde face à l'Uruguay, des tas de questions se posent encore au sujet des hommes de Raymond Domenech.

Les Bleus se sont échinés pour rien. Vainqueurs Costa Rica 2-1 à Lens puis contraints au match nul (1-1) en Tunisie, les Bleus s'envolent vers l'Afrique du Sud sur une pente déclinante et surtout inquiétante après cet échec historique (1-0) face aux Chinois. Une semaine avant leur premier match au Mondial contre l'Uruguay, il a fallu attendre l'entrée en jeu de remplaçants comme Thierry Henry, plus engagé que Nicolas Anelka, Abou Diaby, omniprésent au milieu de terrain, ou Mathieu Valbuena, bien plus mobile que Sidney Govou, pour voir les Bleus multiplier les situations dangereuses sur le but chinois. L'un des objectifs de la soirée a au moins été atteint: William Gallas a joué tout le match devant les 10 000 spectateurs du satde Michel-Volnay. Portés par une mer de drapeaux français, une ola lancée avant même le coup d'envoi et une Marseillaise chantée à pleins poumons, les Bleus avaient pourtant tout pour réussir.

Dès la première minute, les Français tentaient de déstabiliser la défense chinoise: Malouda puis Ribéry accéléraient côté gauche mais la finition n'était pas à la hauteur de l'initiative. Après quelques corners chinois bien tirés qui faisaient passer des frissons dans l'arrière garde tricolore, les coéquipiers de Patrice Evra se procuraient la première grosse occasion. Suite à une action rondement menée sur le flan gauche, le ballon atterrissait dans les pieds de Nicolas Anelka dans la surface de réparation chinoise: l'attaquant de Chelsea trouvait Gallas qui marquait d'une talonnade dans le but vide. Mais l'arbitre refusait de valider la réalisation du défenseur d'Arsenal pour un hors-jeu évident (13e).

Les hommes de Domenech commençaient à dominer les débats sans écraser outre mesure leurs adversaires. Les Bleus faisaient bien tourner la balle mais leurs enchaînements manquaient de vitesse pour déborder les Rouges. Gourcuff s'essayait alors au tir de loin mais le portier Zeng Cheng se couchait bien (31e). Quatre minutes plus tard, une tête de Gallas passait à côté. Les deux équipes regagnaient les vestiaires sur ce score peu flatteur pour les Français. Comme il en a pris l'habitude lors de cette préparation, Raymond Domenech injecte du sang frais à la pause et Anthony Reveillère, le seul à n'avoir pas joué lors des deux premiers matches, obtient enfin du temps de jeu. Les Français tentent d'étouffer les Chinois mais le problème, c'est que le plus dangereux d'entre eux est un défenseur, William Gallas, qui, après avoir manqué de peu une passe de Ribéry, place une nouvelle tête juste au-dessus.

A force de ne pas marquer, la France finit par encaisser un but sur l'une des rares incursions chinoises dans son camp. Après une perte de balle de Reveillère, les Chinois obtiennent un coup-franc lointain et Deng trompe Lloris d'une frappe flottante en milieu de deuxième période. La France transforme la fin de match en attaque-défense avec les multiples changements effectués par Raymond Domenech mais les Bleus ne trouveront jamais la faille malgré les efforts de Diaby, Henry, André-Pierre Gignac ou même Gallas qui aurait pu égaliser dans les ultimes instants. Il va maintenant vraiment falloir s'y coller !

Réactions
Raymond Domenech  (sélectionneur de l'équipe de France): "Je suis surtout déçu,  parce que perdre un match, même un match amical, même un match de préparation,  ça fait jamais plaisir. Après, faut analyser le match, ce qui s'est passé,  toutes les occasions. C'est le genre de match où on sait que quoi qu'on fasse,  ça pouvait pas rentrer. C'est dommage. Je suis déçu surtout pour les joueurs, et  pour le public, parce qu'on a eu un public exceptionnel, qui nous a mis une  forme de pression extraordinaire et qui était même sur les dernières secondes  encore en train d'encourager l'équipe. Mais la Coupe du monde, c'est pas  aujourd'hui, ça commence le 11. C'est pas le moment de dire on va tout changer  (...). On a encore une semaine pour se mettre en place, étudier les options...  C'est une sélection, ce sont des joueurs qui se retrouvent pas souvent, alors on  met un peu plus de temps. Maintenant faut pas se tromper, choisir les  meilleurs."

Bakary Sagna
(défenseur de  l'équipe de France): "Ce soir, on sort avec une défaite mais on a eu la maîtrise  du ballon. Il aurait peut-être fallu mieux les contourner mais on aurait pu  marquer cinq ou six buts. Tout le monde reste confiant et a hâte de se battre  pour le maillot. On va récupérer et on sera prêt pour le premier match et le  Mondial. On va essayer de développer notre football et j'espère que ça marchera  mieux. La France peut être plus forte que l'Uruguay (premier adversaire au  Mondial, ndlr)."
      
Abou Diaby
(milieu de terrain de l'équipe de France): "On aurait aimé gagner  ce soir. Psychologiquement, cela aurait pu être un plus. Mais la vérité sera le  11 juin (premier match du Mondial, ndlr). Ce n'est pas du tout inquiétant. Il y  a eu du mouvement, des occasions mais on n'a pas su les concrétiser, c'est notre  petit péché. Il est préférable de se préparer en gagnant les matches mais il n'y  a rien d'affolant. On est toujours à la recherche d'automatismes. Ce soir, on  n'a pas su marquer mais on va bien se préparer pour la compétition."
      
Jérémy Toulalan
(milieu de terrain de l'équipe de France): "On est déçu  parce qu'on a fait du jeu, on a eu pas mal d'occasions. Eux, ils ont eu une  frappe et ils marquent. C'est dommage, par rapport à ce qu'on a produit, de  perdre ce match. Le plus important, c'est le match contre l'Uruguay, on est  encore en préparation, on travaille encore physiquement, tout n'est pas  forcément parfait mais malgré le résultat, on monte en puissance. Mais on n'est  peut-être pas assez tueur. Il faut un peu plus de concentration mais je ne sens  pas que l'on est sur le déclin. Il faut encore faire un peu plus, on sait ce qui  nous manque, on est aussi dans un nouveau système auquel il faut s'adapter mais  dans l'ensemble ce n'est pas si mal que ça. Je ne suis pas abattu sinon, ce  n'est pas la peine d'y aller (au Mondial, ndlr)."
      
Yoann Gourcuff
(milieu de terrain de l'équipe de France): "On aurait aimé ne  pas perdre ce match, cela nous aurait apporté plus de confiance mais la victoire  de la Chine est un peu tirée par les cheveux. On a eu le ballon mais on a eu du  mal à déstabiliser leur bloc. Il nous manque un peu de jus pour faire la  différence et faire les décalages devant. On faisait circuler le ballon mais un  peu trop lentement. C'était difficile de trouver +Nico+ (Anelka, ndlr) en  profondeur donc on a fait tourner le ballon latéralement mais on mettait un peu  trop de temps.

Gao Hong Bo
(sélectionneur de  la Chine): "Je suis très content, je dois remercier mes joueurs pour avoir gagné  contre une équipe mondialement connue et +mondialement forte+. Pour l'équipe de  France, bien sûr elle ira en finale du Mondial-2010, car elle très forte.  Aujourd'hui les Français n'avaient pas pris en compte la valeur réelle de  l'équipe de Chine, peut-être pensaient-ils qu'on était plus faible."