Europe
Fernando Torres, à la peine avec l'Espagne, symbole des difficultés européennes de ce début de Mondial. | AFP PHOTO / YASUYOSHI CHIBA

L'Europe n'est pas à la fête

Publié le , modifié le

Aujourd’hui débute l’ultime journée de la phase de groupe de ce Mondial 2014. A l’aube des derniers matchs, on commence déjà à y voir un peu plus clair, certaines tendances fortes ayant émergé durant les deux premiers rounds. Si les équipes du continent américain sont bien au rendez-vous, une bonne partie des formations européennes doivent faire face à une panne sèche de résultats depuis le début du mondial, notamment marquée par l'élimination du tenant du titre espagnol. Tour d’horizon complet.

Ils sont qualifiés

Première équipe qualifiée pour les huitièmes de finale, les Pays-Bas ont déjà fait forte impression dans ce Mondial, notamment grâce à leur écrasant succès contre le champion du monde en titre espagnol (5-1). Les hommes de Van Gaal, chahutés contre l’Australie (3-2), font partie des outsiders de la compétition. Constat similaire pour le voisin belge, qui a assuré l’essentiel en remportant à l’arrachée ses deux premières rencontres. Le prochain tour constituera à n’en pas douter un vrai test pour les coéquipiers d’Eden Hazard. Même si sa qualification n’est pas encore assurée, il faudrait un véritable cataclysme pour que l’équipe de France ne rejoigne pas la phase à élimination directe. Flamboyants contre la Suisse (5-2), les Bleus peuvent envisager la suite avec davantage de sérénité.

Ils sont en ballotage

Après une performance étincelante contre le Portugal (4-0), l’Allemagne a piétiné face au Ghana (2-2). La formation de Joachim Low garde son destin entre ses mains et devra s’imposer face aux Etats-Unis pour décrocher la première place du groupe. Balayée par la France, la Suisse cherchera à rebondir face au Honduras pour rallier les huitièmes. Avec une seule victoire au compteur, l’Italie et la Croatie batailleront lors de la dernière journée, respectivement face à l’Uruguay et au Mexique, dans des affiches qui auront tout l’air de seizièmes de finale.

Ils sont au bord du gouffre

En égalisant à la dernière seconde hier soir face aux Etats-Unis (2-2), le Portugal a préservé un mince espoir de qualification. Les partenaires de Cristiano Ronaldo, qui doivent faire face à une cascade de blessures, joueront gros face au Ghana jeudi prochain. Il en va de même pour la Russie, qui a dû s’incliner dans les ultimes instants face aux Belges (0-1). La bande à Capello se retrouve au pied du mur avant d’affronter l’Algérie dans un troisième round qui s’annonce explosif. Avec un petit point au compteur, la Grèce devra ouvrir son compteur but face à la Côte d’Ivoire si elle veut se qualifier. Ces trois équipes ne sont plus maîtresses de leur destin.

Ils sont éliminés

La sortie de route prématurée de l’Espagne, dans un groupe B relevé, a profondément marqué les esprits. Après avoir survolé le football mondial pendant six ans, la Roja a réalisé une entame de tournoi catastrophique, tant face aux Pays-Bas (1-5), que face au Chili (0-2). Dans un groupe D considéré contre le groupe de la mort, l’Angleterre a enregistré deux défaites sur le même score face à l’Italie et l’Uruguay (2-1). Il faudra attendre l’Euro 2016 pour revoir la nouvelle génération anglaise. Pas de miracle pour la Bosnie qui, pour sa première participation, a subi deux défaites étriquées face à l’Argentine et au Nigéria (1-2 et 0-1).