Mondial Angleterre USA Rooney
L'attaquant anglais Wayne Rooney pris en sandwich par les joueurs américains | AFP - Hoang Dinh Nam

Les USA bousculent l'Angleterre

Publié le , modifié le

Les Etats-Unis ont accroché l'Angleterre 1-1 dans le premier match du groupe C de ce Mondial 2010, au Royal Bafokeng Stadium de Rustenburg. Steven Gerrard a ouvert la marque à la 4e minute pour l'Angleterre, tandis que Clint Dempsey a égalisé à la 40e en raison d'une "grosse faute" de main du gardien anglais Robert Green.

Les Anglais avaient pourtant réalisé une entame parfaite en ouvrant le score dès la quatrième minute de jeu par Steven Gerrard. Ce dernier étant venu tromper de près le gardien américain, après une déviation du joueur d'Aston Villa Emile Heskey. Mais, malgré ce faux départ, les Américains n'ont pas été perturbés, bien au contraire... Fébriles devant leur cage, où les déplacements de Wayne Rooney les ont beaucoup gênés, les joueurs de Bob Bradley ont réussi à gêner le jeu anglais et ont finalement été récompensés de cette volonté de construire collectivement. Sollicité à la 40e minute sur une frappe à ras de terre d'une vingtaine de mètres de Clint Dempsey, Robert Green a vu le ballon glisser sur ses gants et rouler derrière sa ligne. Une "arconada" survenue au mauvais moment pour les joueurs d'Outre-manche. La soirée aurait pu ainsi tourner au cauchemar des gardiens de but puisque Tim Howard, le portier d'en face, était resté longuement au sol dix minutes auparavant après avoir été percuté par Emile Heskey, suite à un centre d'Aaron Lennon.

En deuxième période, les Américains ont continué à mettre le pied sur le ballon et se sont offerts une "grosse" occasion par Altidore, qui s'est arraché pour prendre de vitesse  son vis-à-vis côté gauche avant de voir sa frappe en angle fermé déviée sur le poteau par Green. Par la suite, les Anglais ont aussi mis le pied à l'heure de jeu, mais pour empêcher leurs adversaires de progresser. En deux minutes, Jamie Carragher et Steven Gerrard ont été avertis. Le rythme de la rencontre s'est encore accéléré et le match est devenu de plus en plus hâché. Les Américains ont plié sans rompre sous les accélérations de Lennon et Wright-Phillips et les inspirations de Rooney, auteur d'une frappe puissante de peu à côté à la 75e.

L'entrée de Peter Crouch dans les derniers instants n'a rien changé et les finalistes de la Coupe des confédérations, qui avaient alors battu l'Espagne et mené 2-0 contre le Brésil en finale, ont tenu bon. L'Angleterre devra donc batailler jusqu'au bout pour sortir de ce groupe C dans lequel figurent également l'Algérie et la Slovénie. En ce qui concerne le malheureux "héros" de la soirée, Robert Green, il a reconnu sa grossière erreur. "Je n'ai aucune excuse. Mais c'est la vie. Je veux représenter mon pays autant que possible. Mais si je dois payer pour cette erreur, qu'il en soit ainsi. J'assume mes responsabilités.", a-t-il ainsi indiqué.

Gilles Gaillard