Patrice Evra
Patrice Evra, le joueur de Manchester United | AFP - KARIM JAAFAR

Les Bleus sans Evra ni Benzema mardi

Publié le , modifié le

Après le nul piteux concédé en Géorgie (0-0), Didier Deschamps pourrait être amené à effectuer plusieurs changements dans le onze de départ de l'équipe de France pour le match au Belarus, mardi en qualifications du Mondial 2014.

. Défense: Evra condamné?
Didier Deschamps n'a aucune raison de modifier l'ossature de son  arrière-garde, qui n'a plus encaissé de buts depuis deux rencontres, mais sur  le côté gauche la question du maintien de Patrice Evra se pose clairement.  Fantomatique en Géorgie, le joueur de Manchester United a peut-être épuisé son  crédit en bleu. Même si la concurrence n'est guère féroce à son poste et qu'il  est toujours titulaire chez le champion d'Angleterre, Evra est apparu  totalement dépassé vendredi et pourrait faire les frais de cette prestation  désastreuse au profit de Gaël Clichy. Le défenseur de Manchester City n'est pas  plus rassurant quand il porte le maillot bleu mais sa vitesse et son goût pour  les montées en phase offensive peuvent s'avérer utile pour une équipe qui peine  autant pour inscrire un but (aucune réalisation sur les 5 derniers matches). Il  pourrait aussi être un bon complément pour Franck Ribéry, souvent isolé et  marqué par deux ou trois défenseurs sur le flanc gauche en Géorgie.
   
. Milieu: Matuidi et Pogba, les deux recours
La fin de la suspension de Blaise Matuidi et de Paul Pogba est peut-être la  seule bonne nouvelle à laquelle peut se raccrocher Deschamps. Sans être  catastrophique, le duo Guilavogui-Sissoko n'a rien apporté au milieu, se  montrant trop timoré et pas assez explosif pour se projeter vers l'avant. Avec  Matuidi et Pogba, le sélectionneur va retrouver deux valeurs sûres, capables de  sécuriser le coeur du jeu. Malgré un début de saison peu convaincant avec le  Paris SG, Matuidi présente de vraies garanties en terme d'impact, d'âpreté au  duel et d'expérience. Pogba, champion du monde des moins de 20 ans et déjà  indiscutable à la Juventus Turin, est de son côté l'unique jeune joueur  français à avoir le potentiel pour s'imposer sur le plan international. A  l'image du défenseur Raphaël Varane, il a tout pour être l'un des futurs  tauliers des Bleus, ce qui n'a pas échappé à Deschamps.
   
. Attaque: Benzema sacrifié?
La non-titularisation de Benzema au Belarus serait un événement mais  Deschamps peut-il s'entêter longtemps avec un joueur dont le dernier but en  sélection remonte au 5 juin 2012? Attaquant N.1 de l'équipe de France depuis  trois ans, le Madrilène traverse une très mauvaise passe et ce n'est pas sa  copie catastrophique de vendredi qui risque d'augmenter sa cote. Le  sélectionneur pensait que son association avec Olivier Giroud dans un 4-4-2 lui  offrirait l'occasion de se réhabiliter mais l'entreprise a échoué dans les  grandes largeurs, la complicité entre les deux hommes étant quasi-nulle sur et  en dehors du terrain. Deschamps l'a admis: les Bleus se sont montrés beaucoup  plus dangereux vendredi à partir de la sortie du terrain de Benzema (61e). Mais  le sélectionneur n'a pas voulu accabler l'ancien Lyonnais. Poursuivra-t-il avec  le 4-4-2, ce qui offrirait une nouvelle chance à Benzema? Basculera-t-il vers  un 4-2-3-1, ce qui aurait aussi l'avantage de rebasculer Mathieu Valbuena dans  l'axe, son poste de prédilection, avec Giroud seul en pointe ou  maintiendra-t-il coûte que coûte Benzema? Ce sera aussi l'un des enjeux du  déplacement au Belarus.

AFP