France Costa Rica Toulalan Hernandez duel 2010
Jérémy Toulalan (France) prend le dessus sur Hernandez (Costa Rica) | AFP - Franck Fife

Les Bleus plutôt convaincants

Publié le , modifié le

L'Equipe de France a remporté (2-1) contre le Costa Rica son premier match de préparation à la Coupe du Monde au Stade Félix-Bollaert de Lens ce mercredi. Les Costariciens ont mené 1-0 avant que Ribéry (bien aidé par Sequeira) puis Valbuena (à six minutes de la fin) n'offrent un succès mérité aux Bleus de Raymond Domenech. Même si tout n'a pas été parfait, c'est une victoire assez convaincante qui aurait pu être plus lourde sans les multiples arrêts du gardien Navas

La France a battu le Costa Rica 2-1 à Lens pour le premier de ses trois matches amicaux de préparation à la Coupe du monde. Pour sa première sélection, Mathieu Valbuena a offert la victoire aux Bleus en fin de match. Malgré sa domination constante, la France a été rapidement menée au score sur un but de Carlos Hernandez avant d'égaliser en milieu de première période sur un but contre son camp de Douglas Sequeira sur un tir de Ribéry. L'accueil réservé aux Bleus avait été chaleuresue sauf pour son sélectionneur. Raymond Domenech a été sifflé à l'annonce de son nom au micro du speaker.

C'était le dernier match en métropole de Domenech, qui quittera ses fonctions après le Mondial, sa dernière campagne à la tête des Bleus. Les deux prochains matches préparatoires auront en effet lieu en Tunisie le 30 mai contre la sélection du pays, et le 4 juin à La Réunion contre la Chine. Les joueurs français ont eux été applaudis. Il y a eu un lâcher de 4000 ballons bleu, blanc, rouge avant le match, avec des drapeaux tricolores placés dans les tribunes pour chaque spectateur et un tifo géant aux couleurs du drapeau national. Cela a boosté les Tricolores qui n'ont pas tardé à se distinguer.

Franck Ribéry se mettait d'entrée de jeu en évidence sur un bon déboulé côté gauche. Le Boulonnais voyait son nom scander par le public lensois. Les Bleus dominaient territorialement et Gourcuff était bousculé dans la surface adverse sans que l'arbitre russe, Monsieur Bezdorodov, ne bronche. A la 10e minute, l'équipe de France se procurait sa première véritable occasion. Malouda lançait Govou en profondeur côté droit: le Lyonnais tirait sur Navas, le portier costaricien. Dans la foulée, le Costa Rica ouvrait la marque: C Hernandez, laissé libre de tout marquage à un peu plus de 20 mètres des buts (et notamment par Abidal, un peu trop cool sur cette action), tentait sa chance du pied droit: le ballon rebondissait juste devant la cage et trompait Mandanda, pas impérial sur ce coup-là (0-1, 11e).

Le milieu de terrain de Melbourne Victory venait de doucher le stade Bollaert. La surprise était totale. Les Bleus réagissaient immédiatement. Ribéry frappait fort, Navas repoussait dans les pieds de Gourcuff qui faisait trembler les filets mais l'arbitre refusait logiquement le but pour hors-jeu (15e). Les Français attendaient la 22e minute pour égaliser: Toulalan récupérait un bon ballon dans l'entrejeu, effectuait un une-deux avec Anelka avant d'adresser une belle passe à Ribéry à l'entrée de la surface côté gauche: le tir légèrement dévié (par Segueira) du joueur du Bayern trompait Navas (1-1, 22e). Deux minutes plus tard, une parade de Mandanda sur une frappe enroulée sauvait les Bleus. Gourcuff répliquait d'un tir puissant mais trop enlevé. A la demi-heure, Gallas n'appuyait pas assez sa remise sur Mandanda qui dégageait en catastrophe sur Urena: le milieu costaricien tirait à côté (30e). Juste avant la pause, une tête de Toulalan passait de peu à côté avant que Ribéry ne bute une nouvelle fois sur le gardien adverse (45e).

Dès l'entame de la seconde période, Thierry Henry remplaçait Nicolas Anelka en pointe. Squillaci et Alou Diarra suppléaient quant à eux Gallas et Toulalan. Les Bleus attaquaient fort et Gourcuff frappait en force, sans résultat. Dans la foulée, le meneur de jeu girondin obligeait Navas à une parade superbe alors que le ballon prenait la lucarne (49e). A la 58e, une belle offrande de Ribéry pour Henry s'achevait par un tir à côté de l'attaquant barcelonais. Deux minutes plus tard, Navas sauvait de nouveau des siens sur un tir précis d'un Gourcuff très entreprenant. A la 66e, Valbuena remplaçait Govou et se distinguait d'entrée avec un tir de peu à côté. A la 73e, Navas effectuait encore un arrêt décisif au devant de Squillaci, bien servi par Valbuena. Peu après, le Gunner Abou Diaby remplaçait Florent Malouda pour le dernier quart d'heure.

A dix minutes de la fin, Ribéry semait la panique dans l'arrière garde rouge et remettait en retrait pour Henry dont la frappe déviée frôlait le poteau droit de Navas. Juste avant d'être remplacé, Ribéry déclenchait l'action décisive: il accélérait au milieu de terrain, transmettait à Diaby qui réussissait un joli numéro en feintant trois joueurs avant de donner à Valbuena. Le Marseillais tentait sa chance d'un tir précis du droit et offrait la victoire à la France (2-1, 84e). Pour sa première sélection ! Gignac était tout près de l'imiter deux minutes plus tard mais Navas s'interposait encore. La France l'emportait finalement sur cette petite marge qui ne reflète pas l'outrageante domination des Bleus. A confirmer en Tunisie le 30 mai et contre la Chine à La Réunion le 4 juin, pour trouver des certitudes avec ce nouveau  4-3-3.

Réactions:
Raymond Domenech (sélectionneur de l'équipe de  France): "L'envie. C'était le plus important. Qu'ils montrent  ce qu'ils avaient montré dans la semaine. Après la motivation, la vitesse, il y  a des joueurs qui provoquent, qui tentent des trucs. C'est ce qu'on a envie de  voir en permanence. Au moins ils tentent des trucs, ils ont envie de faire  quelque chose. C'est ce qu'on veut à tous les matches. Maintenant on y est.  Maintenant il faut jouer. Chacun peut se lâcher. Il y a un groupe, ils sont 23,  ils savent que c'est eux qui y vont, ils savent qu'ils vont le faire ensemble.  Ils ont confiance les uns en les autres, ils se lâchent, ils jouent. Mais ça  reste un match de préparation, la Coupe du monde, ça ne commence que le 11  juin."

Mathieu Valbuena (attaquant de l'équipe de France,  auteur du deuxième but): "C'est beau, c'est ma première  sélection et je marque. Je ne peux pas rêver mieux. Et comme en plus on a gagné,  c'est le plus important. J'ai été super bien accueilli par les cadres. J'ai  aussi retrouvé des anciens coéquipiers, comme Franky (Ribéry). Il existe une  grosse envie au sein du groupe où règne une bonne ambiance. On a envie d'aller  jusqu'au bout. J'espère qu'on ira jusqu'au bout. (Avant le match, le capitaine  Evra) m'a dit que j'allais entrer et que j'allais marquer. Je suis ravi, très  heureux. Mais il faut être prêt le 11 juin. Avant tout, c'est une aventure  humaine que l'on va vivre."

Jérémy Toulalan (milieu de l'équipe de France):  "On a produit du jeu. Dans l'ensemble, ça a été. Même si on a eu la maîtrise du  jeu, on a fait moins d'efforts que l'adversaire. On a eu un ou deux oublis des  fois, mais c'était assez intéressant dans l'ensemble. (Sur le 4-3-3) Il faut  balayer devant la défense, il faut bien se parler, ça permet de produire pas mal  de jeu. On trouve qu'on est de mieux en mieux. Ce soir, on a pris pas mal de  plaisir sur le terrain, c'est de bon augure pour la suite. (Sur le soutien  populaire) C'est important. C'est en faisant des matches comme ça que les  supporteurs vont revenir vers nous."