Franck Ribéry et Mathieu Valbuena
Les milieux de terrain tricolores, Franck Ribéry et Mathieu Valbuena | FRANCK FIFE / AFP

Les Bleus lèvent la tête

Publié le , modifié le

La France a évité le piège géorgien en éliminatoires du Mondial 2014. Endormis pendant près d’une mi-temps, les Bleus ont réussi à prendre la mesure de leur faible adversaire 3-1 grâce à des buts de Giroud, Valbuena et Ribéry. Grâce au nul de la Finlande en Espagne 1-1, les Français occupent seuls la tête du groupe I avant de recevoir l’Espagne mardi au Stade de France.

« Ce soir on est venu pour prendre les trois points ». Le sempiternelle discours du footballeur n’a jamais aussi bien servi que contre la Géorgie. Promise à une finale entre la France et l’Espagne mardi, l’issue presque déjà tragique du groupe I n’avait de sens qu’avec un succès bleu, même par la plus petite des marges. Dans le même 4-5-1 qui avait bloqué l’Espagne pendant 86 minutes à Tbilissi en septembre dernier (0-1), la Géorgie avait une solide référence et comptait bien aller au bout de son idée. Cette fois. Deschamps avait choisi un 4-4-2 avec Benzema et Giroud en pointe pour mettre de la présence devant le but. L’association devait convaincre et marquer. Avant d’en voir les premières étincelles, Franck Ribéry allumait la première mèche. Le Munichois accélérait sur son flan gauche et passait toute la défense avant de frapper sur la barre d’un tir enroulé (6e). On pensait que sur leur lancée les Bleus allaient emballer le match mais la pression n’était qu’intermittente.

Benzema à la peine

Dans ce début de match cadenassé, c’était un retour à l’école de la patience. Une bonne leçon pour des bleus encore en apprentissage. Las, le bonnet d’âne était encore pour les attaquants français dont on espère redécouvrir les qualités de finisseurs. Dans l’œil de cyclone du public, Karim Benzema n’arrangeait pas sa cote de popularité en butant par deux fois sur Loria malgré des positions très favorables (16e et 37e). Dans le jeu, son manque de conviction handicapait les Bleus quand sa grande technicité était demandée. Devant le but, c’était encore pire… Giroud ne s’en sortait pas mieux après une superbe ouverture de Valbuena. Se présentant seul face à la sortie de Loria, le Gunner ne cadrait pas (30e). L’absence totale de pressing et d’agressivité (consigne pour éviter une suspension face à l’Espagne ?) donnait des possibilités à la Géorgie. Par deux fois, les visiteurs frôlaient l’ouverture du score. Sur une tête d’Amisulashvili, complètement seul, que Lloris captait difficilement (28e) puis sur un Missile de Kobakhidze détourné en corner par Lloris (41e). On se dirigeait tranquillement vers les vestiaires quand un dernier coup franc offrait une opportunité à ces Bleus pâles. Valbuena déposait le ballon sur la tête de Giroud. Comme en Espagne, il faisait mouche (1-0, 45e). Ouf…

Un but à la Valbuena

Les Bleus avaient évité la « gueulante » de Deschamps à la mi-temps. Ils allaient rassurer leur sélectionneur dès la reprise.  Ribéry décalait Valbuena qui enchaînait par une frappe en demi-volée imparable (2-0, 47e). Contrat doublement rempli pour les Bleus qui avaient fait mieux en trois minutes qu’en presque une mi-temps ! Le plan géorgien tombait à l’eau. Les hommes de Ketsbaia n’avaient plus rien à craindre à monter d’un cran. Ce changement tactique offrait des contres aux Bleus et une nouvelle chance à Benzema. En manque totale de confiance, le Madrilène n’arrivait pas plus à faire la différence sur un nouveau duel face à Loria (55e). Le plus en jambe des Français depuis le coup d’envoi, Franck Ribéry avait lui bien plus de réussite en trompant le portier géorgien au premier poteau (3-0, 61e). L’heure du coaching avait sonné. Logiquement, Deschamps préservait Matuidi (et Gonalons) d’un carton jaune synonyme de suspension contre l’Espagne en faisant rentrer Sissoko. Quasiment au même moment, la Finlande égalisait à Gijon sur un but de Pukki (1-1), offrant la première place du groupe aux Bleus. Dans un instant de décontraction, la volonté Géorgienne était récompensée par le but de Kobakhidze (3-1, 70e). Les Français ne tremblaient pas et géraient la suite du match très facilement. Une petite économie qui ne sera pas superflue mardi. Désormais, un nul contre les champions du monde et d'europe pourrait suffire. Il resterait alors à réussir le carton plein contre la Géorgie, la Finlande et la Biélorussie. Mais les Espagnols ne viendront pas jouer le nul à St-Denis...

A lire aussi : L'Espagne offre une chance aux Bleus

Réactions

Paul Pogba (milieu de l'équipe de France) : « ça s’est bien passé. Première titularisation, première victoire. C’est un bon résultat, surtout avec le nul de l’Espagne contre la Finlande. Pendant la Marseillaise, c’était beaucoup de plaisir et de fierté d’être là. J’ai eu des frissons et j’ai repensé à mon premier match avec la France. Après, pendant les premières minutes, j’ai essayé de gagner de la confiance en jouant simple, puis en allant progressivement vers l’avant. J’avais la pression mais ce n’est qu’un match de foot, il faut jouer ! J’espère faire encore mieux. »

Hugo Lloris (gardien de l’Equipe de France) : « C’est un bon résultat mais ça ne change rien au match de mardi contre l’Espagne. Ça reste un match à trois points. On connaît la valeur des Espagnols et on va rester très concentré. On va jouer pour gagner. Le bémol de ce soir,  c’est ce but encaissé mais on est quand même très content. Les deux jeunes (Varane et Pogba) ont montré beaucoup de sérénité et d’envie. Ils ont fait un bon match comme toute l’équipe. »

Olivier Giroud (attaquant de l’équipe de France) : « C’est une bonne soirée avec trois points à la clé. Il y a eu beaucoup d’occasions de notre côté. J’ai pris beaucoup de plaisir à marquer ce soir. C’est bien qui plus est après avoir raté une occasion juste avant. C’est une belle réponse. Il y a eu une bonne animation offensive. On a joué en 4-4-2 et ça change de d’habitude. Avec Karim (Benzema), on essaye de se trouver dans la surface mais ça prend du temps… Mardi, on peut attendre les Espagnols mais comme ils aiment avoir le ballon, ça ne change pas grand chose. En tout cas, être premier c’est bon pour la confiance. On ne va pas faire la fine bouche et on va déjà savourer cette victoire. »

Franck Ribéry (milieu de l’équipe de France) : « C’était important de gagner en vue du match de mardi mais ce n’était pas facile. Il faudra jouer notre jeu face à l’Espagne. On est chez nous et on doit jouer pour gagner. Mais les Espagnols ont de l’expérience. Ce sera un autre match pour eux mardi. A nous de bien gérer. (Sur Benzema) Il faut lui laisser du temps. Ce n’est pas facile en ce moment mais c’est un grand joueur. J’aurai aimé qu’il marque et j’espère que ça arrivera mardi. Ça commence à être long pour lui. Je suis passé par des moments comme ça moi aussi. Mais Il travaille pour être efficace. »